AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'empire du Chaos

Bienvenu dans L'empire du Chaos, un forum RP ou le monde magique et médiéval s'affronte ou s'unisse
 

Partagez | 
 

 La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mar 12 Avr - 16:27
Le Souverain se remettait petit à petit de ses dernières mésaventures à l’intérieur de son palais. Sa visite à Dorkenstein s’était en effet très mal déroulée puisqu’il avait été gravement blessé durant une séance de torture. Rien que le fait d’y penser lui donnait des frissons, et encore plus en pensant à ce poison. Comment cette femme avait-elle réussi à ce procurer ce venin si venimeux… Il y avait peut-être des choses qu’il ne vaut pas mieux savoir parfois. Dans tout les cas, il avait passé plus d’une semaine à Asmoran, dans chez Ryuki le temps de que son état se stabilise avant de prévoir son retour au Royaume des Sages. Les médecins de la Nation du plaisir avaient fait du bon travail, qui avait été complété par les prêtres de son église. Cependant tout leur travail ne réussi pas à tout guérir… En effet, et bien que ces événement se soient déroulés il y a un mois maintenant, Melkhiel n’avait pas encore pu voler, ses ailes étant trop endommagés pour supporté son poids. Cela le peinait de ne plus pouvoir fendre les Cieux, cependant il dû faire avec et se contentait pour le moment d’observer ses semblable. Toutefois, ce n’était pas le seul souvenir qu’il lui restait de ce moment. Sur son torse, au flan gauche, était désormais présente une large cicatrice en forme de croix renversé qui n’avait pu être soigné. Un autre cadeau de la dirigeante de Dorkenstein…
 
            Enfin, l’heure n’était pas à la vengeance… Il y avait déjà eut beaucoup trop de mort, il n’y avait pas besoin de faire couler de nouveau du sang. La terre en était déjà gorgée… Des douleurs zébraient encore le corps du Séraphin, du fait du venin qu’on lui avait injecté mais aussi de la composition des éventails d’Yvalia. Cependant, il tentait de ne pas y prêter attention, et n’en parla à personne afin de ne pas faire d’inquiétude. Toutefois, il se doutait que certains savaient qu’il omettait sciemment de dire ces choses. Ces derniers temps étaient plutôt agités puisque le Bon devait régler les derniers détails de son armée ainsi que la restauration de Wonderland. Pour lui, les pertes humaines étaient minimes. Il avait malheureusement perdu plusieurs de ses sujets présents dans son consulat là-bas. Mais à coté du massacre ayant eut lieu chez le Combattant, ce n’était rien. Pour consolider ses défenses, le temps de reconstruire une armée digne de ce nom, le Séraphin lui avait alloué tout un bataillon. Ainsi, il y aurait toujours de la résistance si l’Inquisitrice voulait de nouveau conquérir ce territoire. Mais elle était sous le joug d’un traitée de paix, espérons qu’elle le respecte…
 
            En ce moment même Melkhiel se trouvait sur une terrasse de son Palais. Il était assis à une petite table de métal ouvragé, lisant un ouvrage traitant de la pureté ainsi que des 7 vertus, s’opposant aux 7 péchés capitaux. Le soleil inondait le Juste, qui porta à ses lèvres une tasse de thé. Que demander de plus ? Voici une journée calme et tranquille comme il n’y en a pas eut depuis un moment… Comme c’était reposant… En dessous de lui se tenait la cour de la caserne où de nombreux soldats s’entraînaient ainsi qu’Enael. Marael, le maître d’arme supervisait tout cela, n’oubliant pas de donner quelque conseil à ses recrues. Le Séraphin, observait en silence, d’un œil distrait pour éviter de gêner où de stresser les soldats, qui perdaient tout leur moyen lorsqu’ils savaient que le Souverain les regardait. Ce dernier d’ailleurs, leva les yeux au ciel et vu une dizaine d’être ailé volant ou bon leur semblait, usant des courrant d’air. D’un coté, il les enviant, lui qui devait encore rester un moment le pied à terre… Alors qu’il était perdu dans ses pensées, Iriel, le chef de sa garde personnel, vint à lui :
 
Iriel, avec une révérence : Votre Majesté.
Melkhiel : Iriel ! Comme je suis content de te voir.
Iriel : Vous me dites ça, pourtant c’est vous qui vous avez tenté d’échapper à ma surveillance.
Melkhiel : Certes, mais tu as réussi à me retrouver facilement. Et en plus, je ne crains que peu de chose ici tu ne crois pas ?
Iriel : Sans doute, mais ce n’est pas sérieux de votre part.
Melkhiel : L’important, c’est qu’il ne m’est rien arrivé non ?
Iriel : C’est vrai.
 
            Alors que le Tentateur ouvrait la bouche pour déclarer quelque chose, ce fut au tour d’Alanel de rejoindre le Roi :
 
Alanel : Vous allez bien votre Altesse ?
Melkhiel : Ah ! Mon ami, qu’il est bon de vous voir. Asseyez vous, je vous en pris.
Alanel : Je vous en remercie. Comment allez-vous ? Vous êtes ici aussi Iriel ?
Iriel : En effet, Sir Alanel.
Melkhiel : Je vais bien, il n’y a aucun problème… Et vous ?
Alanel : J’ai toujours quelque rhumatisme, mais cela, je le dois à mon âge.
Melkhiel : Vous devriez faire attention à vous…
Iriel : La vieillesse est une chose bien malheureuse…
Alanel : Pourtant c’est une chose que j’apprécie tout particulièrement. Je n’aimerais pas être immortel.
Iriel : Si tant est que cela soit possible. L’immortalité et la perfection ne sont pas de ce monde.
Melkhiel : Pourtant, cela n’empêche pas des personnes de rechercher de telles choses. Il s’agit des caractéristiques du Créateur, nous ne pouvons nous arguer les faires nôtres…
Alanel : En effet. Mon Roi, je suis venu pour vous annoncer quelque chose.
Melkhiel : Que se passe-t-il ?
Alanel : A l’est de Thyraël, vous avez demander la construction d’un puit pour l’irrigation des champs.
Melkhiel : En effet, et ?
Alanel : Vos ouvriers ont mis à jour un ancien sanctuaire de l’ancien monde… et d’après eux, une puissante aura pure s’échappe de cet endroit.
Melkhiel : Je vois… Je vais y aller pour voir de quoi il s’agit.
Iriel : Dans votre état ?
Melkhiel : Bien sûr, il n’y a pas de problème. Je vais prendre un cheval et y aller.
Iriel : Je vais vous accompagner.
Alanel : Mais… Vous venez tout juste de vous remettre de vos blessures…
Melkhiel : Avec Iriel, je ne crains rien. Ne vous faites pas de soucis.
Alanel : Prenez garde à vous quand même…
Iriel : Je le ferais à sa place …
Melkhiel : A vous entendre, on dirait que je ne fait jamais attention à moi…
 
            Sur ces mot, le duo partie en direction des écuries. Rapidement, deux cheveux furent seller pour le Roi et son garde, qui les montèrent immédiatement et partirent en direction de ces ruines fraîchement découvertes, pour en savoir plus sur ce qu’il s’y tramait…


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mar 12 Avr - 19:11
En ce moment, Ryuki supervisait les travaux de restauration de sa tour. Heureusement, elle n’avait subi que peu de dégât. En y regardant bien, c’était surtout les vitres qui avaient pris chères, elles s’étaient pratiquement tous brisées suite aux explosions. Le combattant observait ses ouvriers à la tâche, les surveillants pour qu’ils travaillent un maximum. Il ne les payait pas pour qu’ils soient en pause, qu’ils textotent sur leur portable ou qu’il discutent entre eux… Il comptait bien revenir en sa demeure rapidement et d’ailleurs, ce n’était le chantier dans Asmoran, ni même dans Wonderland ! Ce n’était pas ce qu’il manquait. Saleté d’Yvalia… Si elle pensait le mettre à genou devant elle, elle se trompait bien. C’était un phénix… Il renaîtrait de ses cendres, bien plus sublime qu’avant…
 
En y regardant bien, tout avançait plutôt bien. Et c’était grâce à qui ? A bibi ! Eh bien oui ! Sinon on n’en serait encore à déblayer les graviers. Qu’est-ce qu’on ferait sans lui hein ? Rien c’est une certitude… En tout cas, encore une semaine et sa tour sera fini ! Il va pouvoir y remettre les pieds et retrouver son petit confort. Ah… Enfin de retour à la maison. Enfin pour cela, il faudrait que le marbre qu’il a commandé arrive… Ces artisans… Ils ne sont plus fiables de nos jours… Le Ténébreux, en regardant ses larbins travailler, s’alluma une clope. Avec tous ses événements ça faisait longtemps qu’il n’en n’avait pas pris une. Il commença alors à se remémorer ses dernières aventures… La guerre contre Yvalia, sa rencontre avec Valhem, l’échange de Melky contre son Royaume, et enfin sa rescousse héroïque par Ryuki lui-même ! Eh mais au faite… Il avait une dette envers lui ! Il allait devoir lui payer non ? Sa soirée en tête à tête avec le Séraphin ! S’il pensait qu’il allait oublier, et bien non !
 
Le Perverti tendit le bras et enfila son manteau tendit qu’il partait vers le rivage :
 
Raytöku : Maître ? Où allez-vous ?
Ryuki : Aux Royaumes des Sages ! J’ai des trucs à régler avec Melky ! Occupe toi de mes terres en mon absence !
Raytöku : Mais…
Ryuki : Il n’y a pas de mais ! Je reviens vite !
 
Sans en dire plus, Ryuki pris sa moto et se dirigea vers le port pour prendre un navire l’emmenant directement à Thyraël. Après plusieurs heures de navigation, il y arriva enfin, et amarra son bateau à sa place habituelle. Ce n’est pas que les gardes côtes sont habitués à ses venues surprises, mais c’est tout comme… Le Combattant se rendit directement au Palais, mais le trouva vide de la personne qu’il recherchait. Il tomba finalement sur Alanel, qui, après lui avoir remarqué son manque de politesse, et a contre cœur, lui avoua où le Juste était parti. Ainsi, il était aller visiter de vieilles ruines ? Et lui qui pensait que la philatélie était un drôle d’hobbie… Pourquoi pas… Mais… Qui dit ruine, dit trésor, et qui dit trésor dit or, non ? Parfait ! Armé d’une nouvelle motivation, le Perverti décida de se rendre au lieu dit…


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mer 13 Avr - 2:24
Cela fessait maintenant un mois, que le séraphin avait réussi à échapper aux griffes de l'Inquisitrice mais aussi à celles de la mort. Comment diable, une créature ailé à moitié dans la tombe a t-elle bien pu s'enfuir de Dorkenstein ? L’Impératrice était toujours consterné, par ces derniers événements !
Qu'avait été son erreur ? Sa vanité, sa naïveté, … ? Impossible, c'est la Sainte Inquisitrice, elle ne pouvait pas faillir. Alors qu'est ce qui n'allait pas ? Les masque d’identification, oui en grande partie, car il avait permit au faux inquisiteur de berner la sécurité. C'est pour cela qu'elle avait implanté à la place, des puces magnétiques dans le bras de chaque Inquisiteur, pour remplacé les masques, qui maintenant n'est que cosmétique, et folklore de l'inquisition. De plus ce qui à flanché, c'était aussi la sécurité, qui à été trop faible pour arrêter une voiture. Cela dit, il fallait souligné le fait, que durant la campagne en Wonderland, de nombreux droïde de combats avaient étés détruis, et que, beaucoup de droïde de sécurité avait été reprogrammé pour les champs de batailles, laissant un gros trou dans dans la sécurité interne du pays.

Cependant, tout ses événement avait eu un certain effet positif sur Yvalia, c'est dernière avait reprit goût au travail personnel, il faut dire que depuis qu'elle dirige Dorkenstein, elle ne s'était pas vraiment salie les mains, préférant donner ses ordres à Avie pour qu'ils soient exécuté, plutôt que de les faire exécuter soit même. Elle avait même arrêtée de s’entraîner au maniement de l'éventail, dont elle avait perdu beaucoup d’aisance en ses années de gouvernances.
Elle avait donc mit l'IA de gestion en mode automatique, pour ce concentré sur son réentrainement à l'éventail. Elle s’entraînait donc en compagnie de ses droïdes Valkyries, qui était le fleuron de sa garde rapprochée et les meilleurs droïdes construits jusqu'à présent. L'Infante du mal, se remit très vite en scelle, si bien qu'elle fessait importer du continent magique, toutes sortes de créatures, plus féroce les unes que les autres : chupacabra, cerbère, dragon, sphinx, manticore, chimère, toutes ces créatures tombèrent sous ses éventails. Son ancien titre de « Chasseresse » lui était encore sûrement destiné.

De toutes manière, que pouvait elle bien faire à part s'entraîner ? En effet après la guerre contre le pays des pêchés, elle avait perdu plusieurs bataillons ; ah ,si ces maudit mercenaire n'avait pas été là, non seulement elle aurait vite gagné la guerre, mais elle aurais aussi pu gardé Wonderland et son armée n'aurait pas autant perdu en effectif. Maintenant l'Inquisitrice devait attendre que ses usines produisent assez de machines pour cette fois prendre la royaume des sages et voir ce qui s'y cache !

Ainsi aujourd'hui, la chasseresse s'était défoulé sur un basilic, exercice assez périlleux, puisque le basilic tue quiconque croise son regarde et en plus son venin agit comme un acide létale. Cela forçait l'Impératrice à combattre les yeux fermés et à utiliser sa capacité à détecter les auras magiques. Et après un combat acharné, la pauvre bête avait commit une erreur suicidaire. Alors que le basilic crachait sur Yvalia, cette dernière s'était protégé avec un de ses éventails, le venin du monstre n'a eu qu'un simple effet de lustrage sur les écailles d'or, donnant un effet miroir à l'arme, ainsi quand la chose s'est approché de la jeune femme et à croisé du regard l’éventail, le reflet de son regard l'a tuer.

Yvalia : Quelle stupide créature !

Après son entraînement, la Sainte s'autorisa une pause mérité aux thermes de la cathédrale, elle se dévêtit et pénétra dans le grand bassin d'eau chaude, cependant, cela ne soulagea pas ses courbatures.

Yvalia : Avie, convoque Valhem aux thermes !
Avie : Demande en cour d'exécution. (après 5 seconde). L'agent Valhem à accepté la requête.
Yvalia : Encore heureux ! Fin de tâche. Retour en mode automatique.
Avie : Fin de tâche. Retour en mode automatique.
Le Page couru aux pieds de sa maîtresse, si bien qu'en deux minutes il était arrivé aux thermes.

Valhem, gêné de voir sa reine nue dans l'eau : Votre sainteté m'a fait appeler ?
Yvalia : Page, massez moi les épaules je vous pris !
Valhem : Euh... . (il s'avança pour exécuté l'ordre).
Yvalia : Vous n'allez quand même pas rester en tenue d'inquisiteur, vous allez vous mouillé et ne pas être assez à l'aise pour mon massage. Non, déshabillez vous complètement, sa sera mieux !
Valhem, perturbé : A vos ordre... .

Le jeune homme de dix-sept ans s'exécuta sous le regard indifférent de l'impératrice. Il enleva donc sa soutane laissant apparaître son magnifique corps sculpté par les difficiles entraînement de l'inquisition. Cependant, on pouvait voir dans son dos, les traces de fouets des différentes corrections qu'il avait peut avoir lors de ses échecs dans l'Ordre, notamment, les marques encore bien fraîche de la punition commandité par la Sainte en personne, suite à la fuite du séraphin. De plus comme tous les inquisiteurs masculin, celui ci était eunuque. Et oui dans l'Ordre, les partie génitale masculine étaient sources de pêchés c'est pour cela que les inquisiteurs en étaient privés.
Une fois nue, mais ayant conservé uniquement son masque, le garçon s'avança. L'infante mit son dos contre le bord du bassin et fessa signe a son valet de s’asseoir. Le Page assailli donc sur le rebord du bassin, ayant la tête de l'impératrice entre ses jambes. Il se pencha alors posant ses mains d'adolescent sur la jeune femme et il commença, son délicat massage, fessant au passage frissonner Yvalia. En effet ce n'était pas la première fois que Valhem massait sa maîtresse, il avait même suivit une formation sur demande de celle ci. Car les droïdes même programmés pour cela n'arrivait pas a rendre la chose relaxante, ce que le jeune homme arrivait fort bien à faire, mais aussi car il était le seul être humain à avoir l'autorisation de toucher l'Autocrate, en dehors des robots bien sur, qui n'avait eux aucun problème d'impureté au yeux de l'Inquisitrice.
Toute fois il faut avouer que c'est la première fois que le serviteur masse sa reine alors que celle ci est entièrement dévêtit. Et que sûrement, s'il possédait encore ses attribues masculins, ceux ci aurais durcis face aux magnifiques arguments de sa suzeraine. Tout cela fessait doucement rire la Grande Inquisitrice, qui aimait faire souffrir son adorable Page de compagnie, dont elle savait, qu'il était totalement éprit d'elle.
Mais aimer rend faible et fait souffrir, c'est pour cela qu'elle avait renoncé à tous ces sentiment, pour mener à bien sa grande destiné et pour que personnes ne puisse l'en écarter !

Yvalia, totalement relaxée : Pourquoi, gardez vous se masque, ne vous avais je pas dis de vous déshabillez complètement ?
Valhem, massant le plus délicatement : Si madame. Mais... je ne voudrait pas vous affliger de mon immonde laideur.
Yvalia : Vous rappelez vous de notre première rencontre ?
Valhem, morose : Je ne l'oublierais jamais.
Yvalia, nostalgique : A cette époque je n'avais que dix-huit ans et je venais d'être nommé Grande Inquisitrice, m'octroyant un siège de pouvoir à la chancellerie de Dorkenstein. Très vite je compris que le pays était corrompu jusqu'à la moelle. Il ne fallait regarde que le dirigeant du pays pour comprendre l'état de la nation, le chancelier Sylvain, était de tous, l'homme le plus immonde, alcoolique, drogué, nymphomane, orgueilleux, il était l'ambassadeur de tous les pêchés. Et alors qu'un jour, je me rendais en direction de l'assemblée de la chancellerie, j'entendis au détour d'un couloir, le cris strident d'un enfant, alors j’accourus en direction du bruit, ayant vu une porte à moitié ouverte, je regardas de l'autre coté pour voir ce qui s'y passait et je vis l'horreur : un enfant dans une marre de sang, le tyran de chancelier à ses coté tenant en ses mains une épée ensanglanté. Mon regard ne pouvait pas soutenir se spectacle, donc avec mes capacités de camouflage je partis le plus discrètement possible. Le lendemain, les journaux publièrent la dramatique nouvelle, que l'un des deux enfants du chancelier avait connu la mort suite à une chute. Mensonge ! Tout cela était faut, j'avais tout vu. Mais que pouvais je faire ? Personne ne m'aurais crus ou plutôt, l'on m'aurait fait taire, même en ma qualité de chef de l'inquisition. C'est alors que je pris conscience, que j'étais la Grande Inquisitrice, et qu'en plus de dirigé l'Ordre , des millions de personnes emplis par la foi me soutenaient. Ainsi j'avais prit la décision de reprendre le pays en mains, je commençais d'abord par purgé de nos rang tous ceux qui n'avait pas la foi. Puis je profitait du faite que Dorkenstein était en guerre contre Calith pour passer à l'attaque, j'ai donc rassemblée mon armée d'inquisiteur et de fidèle, pour attaquer la capitale, Weimar. La révolution de l'inquisition était en marche. Et quand mon armée pénétra dans la chancellerie abandonné par la garde, jusqu'à l'assemblée ou étaient cloîtrer tout les membres du gouvernement, dont le chancelier, qui me supplia à genou de l'épargné. A cette instant je me rappela du corps du petit garçon décapité et je n’eus aucune pitié pour cette immonde créature, tranchant à mon tour son cou et voyant roulé sa tête au sol. Et cette acte galvanisa mon armée qui dans l'instant d'une nuit se transforma en une arme de purification. Et alors que la purification continuait dans la chancellerie, au détour d'un couloir je me rendis dans les appartement de feu le tyran, par inadvertance. Je redécouvris alors la scène du crime, dont j'avais été témoin, mais alors que je revoyait les images du petit garçon, je vis sous le bureau le même petit garçon au trait identique, soudain je perdis la raison pendant quelques instant, je pris ce qui me semblait être le fantôme de l'enfant que je n'avais pas réussi à sauver, et alors que j'avais l'éliminer en plantant mon éventail dans sa tête. Je me souvins alors que le Tyran avait deux enfants, jumeau de naissance. Mon mouvement ce stoppa nette, ma folie avec elle, cependant j'avais quand même entaillé l’œil gauche de l'enfant. Qui retenais ses larmes, alors je le serra contre moi pour le rassuré, en lui disant que j'allais veiller sur lui en échange de ne pas avoir pu sauvé son frère. Et quand je demanda le nom de l'enfant, celui ci me répondit Valhem.

Une fois cela dit, Yvalia leva le bras, et pris par le menton son Page qui était derrière elle, toujours entrain de la masser, et lui colla sa joug contre la sienne, stoppant le massage. Alors l'Impératrice pencha la tête et serviteur en fit de même. Ainsi tous deux pouvaient voir leurs reflets dans l'eau, pour l'une on pouvait y voir une radieuse jeune femme et pour l'autre un masque en fer qui ne décrivait aucune émotion tout comme l'Inquisitrice.

Valhem, ému : Vous ne m'aviez jamais racont... .

La Sainte interrompu son acolyte en lui retirant délicatement son masque, tous deux pouvaient alors voir la balafre que Valhem avait sur le visage. Celui ci détourna le regard, c'est alors qu'Yvalia, déposa un baiser sur la joug porteuse de la cicatrice.

Valhem, choqué : Je … .
Yvalia, gêné : Il est 19 heure 32 passé, et vous êtes bien née se jour à 19 heure 32.
Valhem : Euh, oui … .
Yvalia : Vous avez maintenant dix-huit ans, donc joyeux anniversaire.

Naturellement, l'Impératrice sortie de l'eau, nue, et quitta la pièce pour les vestiaires ou un droïde l'attendait avec une serviette, tandis que qu'une sonde volante lui séchait les cheveux et qu'un notre robot lui proposait différente tenue pour le reste de la soiré.
Pendant ce temps Valhem toujours sous le choque, se laissa plongé dans le bassin repensant à se qui venait de se produire.

Alors que la journée touchait à sa fin, l'Infante prenait l'air sur l'un des balcons de sa chambre, repensant à tous ce qu'elle avait entrepris jusqu'à maintient, c'est alors que la voix synthétique de l'IA retentit.

Avie : Le système à détecté une source d’énergie étrange sur le continent magique, plus précisément dans le royaume des sages. Le système préconise la plus grande vigilance.
Yvalia : Ne serait ce pas la ou règne notre cher séraphin en fuite, ne serait il pas entrain de manigancé quelque chose ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 46
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mer 13 Avr - 10:26
Miyabi était tranquillement en train de dormir dans sa chambre sobre et épuré de tout éléments de décoration. Elle était simplement fonctionnel elle servait qu'a deux chose rangé ses affaires et dormir le reste du temps il était en extérieur a s'entraîner ou en mission pour la famille. Il venait de rentrer d'une mission plutôt éprouvante ou il devait sauver une ville tout entière de la colère d'un reptilien en colère bien décidé a faire brûler les habitations et leurs habitants. Il était intervenus juste a temps. Ce que la plupart des autres peuples ignorer c'était que les Fujisaki faisait office de police privé de la prêtresse des îles obscures et n’exécuter que ses ordres ou celui de leur chef de famille. La prêtresse avait un profond attachement pour son peuple totalement déchu et rejeté tout comme elle, c'est pour sa qu'elle avait fait mandaté son meilleurs combattant pour sauver la populace. Pour elle toute vie était précieuse mais parfois sa folie prenait le dessus et aspirer le sang des malheureux qui croisait son chemin. On appelé ce phénomène le Kumdar ou la rage de sang qui avait pour effet d’accroître ses pouvoirs mais de la rendre totalement incontrôlable.

Donc Miyabi profitait d'un repos bien mérité quand le jeune Yuki sauta sur lui en lui faisant un gros câlin en disant : Tonton je ne savais pas que tu était rentré, fallait me le dire je t'aurai préparer un banquet.

Il serrait tellement fort le mara qu'il aurai pu lui briser une cote, Miyabi répondit : Bonjour Yuki, non j'avais pas envie de festoyer juste de dormir et j'ai pas eu le courage de te réveiller alors que tu dormais a poing fermé de toute façon les gardes ne m'aurait pas laissé te déranger.

Yuki : Tes explications a des allures de prétextes et tu sais pas mentir tu sais très bien que tu as un passe droit, j'ai fais donné l'ordre qu'il te laisse passé. 

Miyabi l'air blasé : Je ne savais pas puis-je continuer a dormir boss ?

Yuki : Compte pas la dessus nous devons allez voir Melky, il me manque et j'ai pas de nouvelle on y va maintenant je te laisse une demi heure pour te préparer rejoint moi a l'entrée du manoir.

Miyabi : d'accord.

Yuki sors de la chambre en faisant claquer la porte comme a son habitude, Miyabi se leva puis entreprit de se déshabiller et se rendit a la douche ou il prit quinze minutes pour se frotter avec une vigueur renouvelé une fois bien propre, il se vêtit d'une tunique noir en armorie de sa famille avec des gants en cuire noir. Le motif or était gravé sur ces vêtements le blason des Fujisaki. Une fois la demi heure passé seulement équipé de son sabre il descendit la volée de marche puis passa a coté des cuisines pris quelques croissant et attendit que son maître vint le rejoindre. Il était déjà la a sauté limite d'impatience. Le voyage jusqu'au royaume des sages se déroula sans encombres une fois arrivé il virent Alanel qu'il renseigna sur où se trouvait le suzerain. Il se rendirent donc dans les vieilles ruines a la découverte de trésor il rencontrèrent Ryuki sur la route.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvel âme

Messages : 11
Localisation : Calith
Nouvel âme
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mer 13 Avr - 15:39
Finalement, le grand gagnant de la guerre entre Wonderland et Dorkenstein, ne serait-ce pas Calith ? Nous avions certes perdu des hommes, mais nous nous sommes largement enrichis, bien plus que nous ne l’aurions imaginé à la base. C’est vrai, nous qui pensions travailler pour un seul des deux camps, avons finalement offert nos services au deux nations, raflant ainsi de nombreux lots. L’argent passa dans les comptes de l’Etat des mercenaires, tandis que les cristaux servirent principalement à la réalisation de carte mère, et autres circuits imprimés pour la réalisation des Cyborgs. J’allais pouvoir se remettre à l’une de mes activité préféré, la fabrication d’êtres hybrides.
 
Dans notre armée, il y avait encore beaucoup d’homme n’ayant pas encore adopté ces modifications. Après, on ne leur demandait pas leur avis. Pourquoi donner la parole à ces vulgaires insectes… ? Ce n’était que de la chaire à canon servant les dessins d’Ora, ou pour mes expériences. Beaucoup d’entre eux étaient réfractaires, craignant d’endommager leur physique… Ce n’était pas vraiment ça qui allait les sauver d’une balle… Une attaque mortelle ne va se stopper simplement à cause de leurs beaux yeux. Quelle naïveté ! Il ne s’agit pas d’un monde de Bisounours. La loi y régnant est celle du plus fort, et mieux vaux bien choisir son camp. Pour ma part, je pense avoir suivit le bon. Celui me permettant de réaliser mes œuvres, m’allouant le budget adéquat et sans poser de questions tant que je donnais des résultats. Et ça, j’en donnais. Après tout, ne suis-je pas le plus compétent dans ce monde ? Il va de soit ! Qui pourrait en douter ?
 
En ce moment même, je me trouve dans mon labo, dans les sous sol du Palais d’Ora. Je connaissais parfaitement ces souterrains, car c’était un mon Royaume. C’est moi qui donnais les ordres, qui indiquais aussi qui allait mourir ou non. Enfin, c’était de manière plutôt détourné. Je ne tue personne directement, pas avant qu’il n’ait servi la science, ma science. Sauf si on m’attaque, mais là, c’est une autre paire de manche… Dans tous les cas, je suis sur ma chaise à roulette, le dos face à moi, me permettant de m’affaler sur ce dernier. Devant moi se tien mon bureau, encombré comme d’habitude, avec un cendrier plein de mégot. Faudrait peut être que je pense à le vider… Je le ferais plus tard… Et puis, ce n’est pas mon travail. Je tire une nouvelle bouffée de ma clope, tandis que je lis un compte rendu d’une expérimentation. J’avais pu profiter de mon film sur la faim d’un homme. Et bien figurez-vous qu’il s’était mangé la main pour atteindre la nourriture… Ah… L’être humain est tellement paradoxale… Prêt à se soumettre à une mort pour se sauver d’une autre… Enfin, je diverge…
 
En ce moment, je travaillais sur les infrasons… J’avais commandé une machine permettant d’en fabriquer à volonté, et je les avais testé sur un groupe de cobayes et les résultats étaient tant probants qu’intéressants… Plus les sujets étaient exposé à ces son, plus les dégâts étaient importants et irréversible : Acouphènes, vertiges, troubles de la vue, diarrhées, nausées, augmentation de la pression artérielle, céphalées, irritabilité, stress, asthénie, trouble de la vigilance et de la mémoire. Cela pourrait être intéressant sur les champs de guerre… Toutefois, il faudra refaire d’autres expériences : sur la distance, pouvoir le rayon ou cône d’action de ces ondes, et si cela affecte de la même manière les créatures magiques. Ce serait quand même bête si elles y sont immunisées…
 
Mais il y a autre chose que j’attends avec impatience… Je venais tout juste de commander un nouveau kit pour la lobotomie qui devait arriver aujourd’hui. Enfin, normalement. Car cela faisait bien maintenant plus de six heures que j’attendais ce fichu livreur. Il y avait des punitions qui se perdaient, vraiment ! D’ailleurs, sans doute que j’utiliserai cet employé pour tester le matériel. Faut bien que je voie s’il marche, et il aura l’honneur d’être le premier à l’utiliser. Mais pour le moment je fulminait intérieurement, et me décidai, pour tuer le temps, de pratiquer une autopsie sur un de mes cobaye de l’expérience précédente. C’était moins drôle qu’une vivisection, mais bon… Je ferai avec… Je me rend à la morgue, enfile des gants, prépare le matériel, et je me place aux cotés du cadavres. Il s’agissait d’un homme dans la cinquantaine, au ventre bedonnant et à la calvitie précoce. Il n’était pas de première qualité, mais parfait pour ce que j’en avais fait. L’odeur du formol flottait dans l’air, mais à force de la côtoyer, je ne la sens plus et ne me gêne plus du tout, tandis que ceux qui se prétendent être mes collègues, mais qui ne sont qu’un ramassis d’incapables, doivent se mettre de la crème odorante pour ne pas tomber dans les pommes. Fragilité, quand tu nous tien…
 
Je commence à inciser le torse avec une forme d’ « Y » et observe les organes. Je me muni d’un enregistreur et commence à dicter mes conclusions. Note : les infrasons à hautes doses provoqueraient des hémorragies, résultats à confirmer, et essais sur les créatures magiques… Peut-être imputable à la condition physique du Sujet E-3546.  E3547 pourrait ne pas avoir contracté ce symptôme, étant une ancienne sportif. Je fini mon œuvre et ne remarque rien de nouveau. E-3546 avec du diabète, et du cholestérol comme le laissait présager son physique. Son articulation du genou droit était en mauvais état et devait sans doute le faire souffrir. De par son diabète, la perte de la vue allait être imminent, et une amputation aurait été prévue…
 
Tandis que plusieurs larbins virent emmener la dépouille à l’incinérateur, je me lave les mains, puis me redirige vers mon bureau en me rallumant une cigarette. Rien, pas de paquet… C’est pas possible ! C’est décidé, le livreur passera entre mes mains ! Je donne un coup de pied dans la poubelle, renversant son contenu dans la pièce dans une tentative de me détendre. Je quitte la pièce tel quelle, et me dirige vers la salle du trône où doit se trouver ma Reine. En entrant, je l’aperçois en train de recevoir un compte rendu d’une de ses espionne…
 
Ora : Que se passe t-il pour que tu viennes me déranger, Yulia.
Yulia : Ma Reine, nous avons repéré une activité suspecte dans le Royaume des Sages. Le Roi s’est rendu vers un lieu plutôt isolé, et d’après les dernières nouvelle Ryuki s’y rendrait aussi.
Ora : Qui se ressemble, s’assemble… Les deux minables se rencontre pour la défense de leur Royaume ? Ce n’est pas leur stupide alliance qui va venir à bout de quelque chose.
Yulia : Apparemment, un ancien site historique à été mis-à-jour là-bas.
Shin : Et si Ryuki y va, sans doute qu’il doit y avoir quelques richesses.
Ora : Shin ?! Tu pourrais t’annoncer !
Shin : Mes plus plates excuses Altesse.
Ora : Humpfr… Surveillez ce qu’il s’y passe.
Shin : Si je puis me permettre…
Ora : Quoi donc ?
Shin : Je voudrais m’y rendre, j’en apprendrais plus sur ces peuples, et peut-être vous rapporterais-je un souvenir…
Ora : Est-ce la seule raison ?
Shin, passant la main dans ses cheveux, dévoilant une oreille mutilée : J’ai deux ou trois comptes à réglé aussi.
Ora : Fais comme bon te semble, mais ne compte pas sur moi s’il y a le moindre problème ne compte pas pour venir te récupérer.
Shin : Il en va de soit.

Sur ces mots je fis une révérence quelque peu exagérée à ma Reine avant de partir m’équiper pour cette aventure. Bien entendu, je pris mes scalpels fétiches, et décidai de garder ma tenue actuelle, en portant seulement une toge par-dessus pour passer plus discret. Je pris aussi un kit de secours et étant enfin prêt, je montais sur le premier navire pour le Royaume des Sages. Si jamais je vous croise, Séraphin, prenez garde à ce que je ne vous vole pas dans les plumes. Que je suis drôle.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mer 13 Avr - 16:52
Après avoir visité, le Combattant était partie en direction des écuries les plus proche pour prendre un cheval et se dirigé vers ces vieilles ruines le plus vite possible pour aller voir Melky. Si seulement ce monde acceptait la technologie… Il aurait pu prendre sa moto et en moins de temps pour le dire il serait déjà vers lui pour qu’il puisse lui payer sa dette. Car oui, il y tenait à sa soirée ! Non mais ! Cependant, s’il avait fait ça, il n’aurait pas rencontré une connaissance, qu’il aimait à appeler ami. Tandis qu’un palefrenier sellait un canasson, Miyabi entra dans l’édifice, avec Yuki à ses côtés. S’il s’attendait à voir le Tentateur en ces lieux ! D’ailleurs que faisait-il ici ?
 
Ryuki : Regardez qui voilà. Yuki et son garde du corps…
Yuki, courrant vers le Roi : Tonton Ryuki !
Ryuki : Ton… Tonton ? Mais je ne suis pas vieux ! Je ne suis même pas père ! Enfin je ne crois pas…
Miyabi : Si je m’attendais à te trouver là.
Ryuki : Je suis toujours là où l’on m’attend le moins, j’aime créer la surprise tu me connais.
Miyabi : Je vois le genre…
Yuki : Dis, pourquoi tu es là ?
Ryuki : Je suis venu voir Melky.
Miyabi : Raytöku n’est pas avec toi ?
Ryuki : Il supervise la reconstruction, il est bien à Wonderland, ça l’occupe.
Yuki : Tu ne devrais pas être là-bas toi aussi ? Et ton armée ?
Ryuki : C’est rébarbatif… Et puis rien ne m’enchaîne, je vais où je veux, je suis roi quand même ! Et pour la sécurité, j’ai une partie des soldats de Melky, donc ça va ! C’est large !
Miyabi : Tu ne changeras pas.
Ryuki : C’est pas à mon âge que l’on va le faire. Bon, on y va ? C’est pas que l’odeur de crottin de cheval n’agresse mon odorat, mais c’est tout comme
 
Les deux chevaux âpreté, Miyabi et Yuki montèrent sur le même, une jument Isabelle, tandis que le Ténébreux reçu un pur sang noir de toute beauté. C’était le minimum pour lui ! Il un mit à l’étrier et se hissa sur sa monture.
 
Ryuki : En avant Tornado ! Hein ?... C’est pas ton nom ? Dada ? Bidet ? Bourrique ? –donne des coups de talons et le cheval avance- Ah ! Voilà ! Bon, vous arrivez !
Miyabi : Ne faite pas aller votre monture trop vite elle va se fatiguer !
Ryuki : Vraiment ? C’est nul ! Je préfère ma moto… Au moins, on va plus vite que ça, et pendant plus longtemps !
Miyabi : Votre quoi ? Qu’est ce que vous appelez « moto » ?
Ryuki : Vient chez moi, et je te ferais faire un tour !
Yuki : Et moi ?
Ryuki, en tirant la langue : On verra… Car s’il t’arrive le moindre petit truc Tonton Miya va me tomber dessus !
 
Après plusieurs longues minutes de galop et de trot rapide ils arrivèrent à un endroit qui semblait en pleine construction. Des échafaudages en bois étaient montés autre d’un trou circulaire. Un peu plus loin s’élevait un monticule de terre et de gravier, sans doute ce que les ouvriers avaient extrait de leur exploration. Il y avait un escalier semblant s’enfoncer dans la fosse. Devant ces dernier se tenait la silhouette d’un être ailé, vêtue de botte noir, d’un pantalon et d’une chemise légère blanche, ainsi que d’un veston rouge. De long cheveux blond descendait en cascade dans son dos, et à coté, il y avait un homme à la chevelure bleu, cornu, possédant, une armure de cuir, et des épée à ses flans.
 
Il était facile de les reconnaître, si bien que Ryuki, descendit vite de son étalon et se dirigea vers le Roi du Royaume des Sages.
 
Ryuki : Melkyyyyyy !
Melkhiel : Sir Ryuki ?
 
Le Séraphin s’était retourner, et le Combattant accéléra fonçant sur son ami pour le forcer à le prendre dans ses bras, cependant, Yuki fut plus rapide que lui…
 
Yuki : Melky ! Je suis content de te voir !
Melkhiel, passant ses mains dans le dos de l’enfant : Sir Yuki ? Vous êtes là aussi ? Et Miyabi aussi à ce que je vois.
Yuki : Oui !
Melkhiel : Que faites-vous ici ?
Yuki : Je voulais prendre de tes nouvelles ! Tu me manquais trop !
Melkhiel : Une lettre aurait suffit non ?
Iriel : Il s’agit d’un enfant… Une missive représente bien peu de chose.
Melkhiel : C’est vrai. Et vous Sir Ryuki ? Pourquoi êtes vous là ?
Ryuki :…
Iriel : Vous faites la tête ?
Melkhiel : Vraiment ? Mais vous êtes trop vieux pour ça…
Ryuki : J’suis pas vieux ! Je suis venu aussi pour te demander quelque chose. Mais comme tu n’étais pas au Palais, je suis venu ici… D’ailleurs qu’est ce que fait ici ?


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mer 13 Avr - 18:03
Aux côtés d’Iriel, le Souverain avait galopé gentiment jusqu’à l’endroit où devait se construire le puit pour l’agriculture. Ils y arrivèrent après une bonne vingtaine de minutes, et durent accueilli par les ouvriers. Le Tentateur posa pied à terre, attachant son cheval gris à un arbre ainsi que celui de son Roi qui était d’un blanc éclatant. Après, le chef de la garde se mit vers son Maître et l’aida à descendre de sa monture. L’équitation n’avait jamais été le fort de Melkhiel comme tous les art militaire. Pourtant, il s’était efforcé à faire des progrès, sans résultat concluant…
 
Un employé vint vers eux et entreprit alors de leur expliquer la situation :
 
Eren, en se courbant : Votre Altesse, quel honneur vous me faîtes en venant vous-même ici. Je me nomme Eren, je suis le chef de ce chantier.
Melkhiel : Ravi de vous rencontrer Eren. Bien, dites-moi ce qu’il se passe.
Eren : Cela fait une semaine que nous creusons à cet endroit, et hier, nous avons découvert une faille menant une niche dans la grotte. Au début, le chemin y menant était plutôt restreint et quelques hommes sont passés, tandis que les autres continuaient de déblayer. Je faisais parti de cet escouade.
Melkhiel : Qu’avez-vous vu ?
Eren : Nous sommes arrivé dans ce qui ressemblait à une église, où tout du moins un temple… Tout semble en parfait état, il y a seulement les statues qui sont cassées. D’autre part, nous avons remarqué que les murs étaient remplis d’inscriptions que nous n’avons pas pu traduire.
Melkhiel : Ce n’est pas du commun ? De l’angélique ?
Eren : Cela ressemble à de l’Angélique, mais de nombreux caractères me sont inconnu.
Iriel : De l’ancien Angélique ?
Melkhiel : Possible… Je vais entrer. Cependant…
Iriel : Oui ?
Melkhiel : Restez dehors, s’il s’agit d’un temple ancien, des forces de la lumière, tu risques d’être affaiblis Iriel.
Iriel : Ne vous en faites pas pour moi, je viens avec vous.
 
Le duo s’avança vers les escaliers, bricolé à la hâte, menant directement dans la faille. Tandis que le Bon allait faire le premier pas, une voix familière retentit derrière lui :
 
Ryuki : Melkyyyyyy !
Melkhiel : Sir Ryuki ?
 
Le Juste se retourna vivement et vit alors le Combattant qui courrait vers lui, mais aussi Yuki, l’imitant, qui le dépassa et qui sauta dans les bras du Souverain. Et derrière, il y avait Miyabi, quelque peu blasé d’avoir deux enfants à gérer…
 
Yuki : Melky ! Je suis content de te voir !
Melkhiel, passant ses mains dans le dos de l’enfant : Sir Yuki ? Vous êtes là aussi ? Et Miyabi aussi à ce que je vois.
Yuki : Oui !
Melkhiel : Que faites-vous ici ?
Yuki : Je voulais prendre de tes nouvelles ! Tu me manquais trop !
Melkhiel : Une lettre aurait suffit non ?
Iriel : Il s’agit d’un enfant… Une missive représente bien peu de chose.
Melkhiel : C’est vrai. Et vous Sir Ryuki ? Pourquoi êtes vous là ?
Ryuki :…
Iriel : Vous faites la tête ?
Melkhiel : Vraiment ? Mais vous êtes trop vieux pour ça…
Ryuki : J’suis pas vieux ! Je suis venu aussi pour te demander quelque chose. Mais comme tu n’étais pas au Palais, je suis venu ici… D’ailleurs qu’est ce que fait ici ?
Iriel : Pour un humain, vous commencez à vous faire vieux… Vous n’êtes pas éternel. Ce sera bientôt le sonotone.
Ryuki : Ah ouai ?
Iriel : Et oui.
Ryuki, avec un air de défi : Toi tu vis peut-être plus longtemps, mais en me parlant ainsi, ton espérance de vie se réduit considérablement.
Iriel : Je vous retourne vos paroles…
Melkhiel : Suffit. Iriel, ne retombez pas en enfance je vous pris. Bien, je suis venu ici car d’anciens bâtiments on été mis-à-jour ici. De plus, une puissante aura de pureté s’en échappe. Je suis venu ici pour voir de quoi il en retournait.
Ryuki : Je vois… Cela veut dire qu’il y a des trésors ?
Melkhiel : Je ne pense pas… Et nous ne sommes pas là pour nous enrichir.
Ryuki : C’est pas drôle…
 
            Sans rien ajouter, Melkhiel se retourna vers la fosse et descendit à tâtons et précautionneusement les marches, avec Iriel vers lui. D’ailleurs, ils furent suivit de près par le trio qui leur emboîta le pas. Une trentaine de marche plus bas, ils arrivèrent dans ce qui ressemblait à une nef d’église, en plus petit, comme une chapelle. Des bancs à moitié pourri et mangé par l’humidité se trouvait de chaque coté d’une allé centrale, menant à un petit autel. De part et d’autre de la pièce trônait des statues amputées de différents membres. Il y avait des anges, des chevaliers, etc…
 
            Dans un silence presque religieux, le Juste s’avança vers le bloc de marbre, lorsque Ryuki se manifesta :
 
Ryuki : Il fait pas chaud ici… Ca gèle…
Melkhiel : Un peu de respect je vous pris ! Nous sommes dans un lieu saint !
Ryuki : Vraiment ?
Melkhiel : Ne ressentez vous pas l’aura de lumière de ces lieux ?
Ryuki : Pas le moins du monde.
Iriel, fiévreux : Grand bien…vous fasses…
Melkhiel : Iriel, tu vas bien ?
Iriel : Ne vous accupez pas de moi Sir. Je vais bien aller.
Yuki : Je ne me sens… pas très bien non plus… Qu’est ce qu’il se passe ?
Miyabi : C’est cet endroit.
Melkhiel : En effet, elle semble affaiblir les Tentateurs, remonté à la surface et vous vous sentirez mieux.
Iriel : Je reste là.
Yuki et Miyabi, d’une seule voix : Moi aussi
 
            Une fois ces mots prononcés, Le Bon se retourna vers l’autel. Il ne saurait dire pourquoi, mais il se sentait attirer vers lui. Quelque chose semblait l’appeler… Mais quoi ? D’un pas régulier, comme un robot, il s’en approcha et posa sa main de dessus. Il remarqua alors les sigles l’ornant… Comme il s’en doutait il s’agissait d’un dialecte ancien des Anges. Heureusement pour eux, il pouvait le décrypter.
 
Ryuki : Tu sais ce que ça veux dire Melky ?
Melkhiel : En effet. Cela nous indique qu’une relique d’un grand et puissant paladin repose en ces lieux. Il fut admiré de son vivant pour sa discipline et son respect des règles de son Ordre et de la Religion. A sa mort, il fut enterré ici avec un artefact qui lui aurait été donné par Dieu lui-même.
Ryuki : Ca doit vouloir chère !
Melkhiel : N’y pensez même pas ! Ce n’est pas pour vous !
Ryuki : Ola ! Doucement… Si tu veux le garder pas de soucis.
Melkhiel, suspicieux : Je l’espère bien.
Ryuki : Et du coup, il est où ?
Melkhiel : Dans l’autel lui, même, il doit y avoir un moyen de l’ouvrir.
 
            Sans crier gare, le Combattant donna un violent coup de pied dans l’autel… Ce qui eut un seul résultat, le fait qu’il s’était fait très mal…
 
Melkhiel : Pourquoi vous avez fait ça !
Ryuki, se tenant le pied : Dans les jeux vidéo ça marche comme ça…
Melkhiel : Nous ne sommes pas dans un jeu il me semble ! Et si vous m’aviez laissé parler, vous ne vous auriez pas blessé !
Ryuki : Tu peux me soigner ?
Melkhiel : Non. Ca passera tout seul.
Ryuki : Qu’est-ce que tu as aujourd’hui ? Tu es irritable ! Si tu étais une fille je pourrais comprendre la raison mais là… Tu es une fille ?!
 
            Melkhiel ne prit pas la peine de lui répondre, trop exacerbé par ses paroles. Comment pouvait-il se permettre de tenir de tels propos ! Quant ils seront dehors, il lui ferait payer ces paroles impies ! Mais… pourquoi il pensait à cela ? Le Combattant était toujours comme ça ? Alors pourquoi cela l’énervait à ce point ? Il devait se reprendre… Pourtant il ne parvint pas a calmer cette colère. Il se replongea dans les écriture et compris enfin comment accéder à l’artefact. « Seul un cœur pur pourrait lire ses mots sans être dévoré par ceux-ci » :
                                                  
Melkhiel : « Nous sommes les serviteurs de Dieu, et les messagers de sa justice. Nous sommes les instruments de sa colère divine sur Terre . Nous sommes appelés à nettoyer son royaume des cendres apportées de la chair de ses ennemis. Louange à notre Seigneur! »
 
            Alors dans un bruit feutré, une ouverture de fit dans le bloc de marbre, et un pilier s’en éleva dévoilant aux yeux de tous une magnifique Tiare Elfique. La Tiare de Pureté. Elle était exclusivement en argent pur et béni, la rendant impossible à utiliser pas les Tentateur. Les filaments s’enchevêtraient pour former des arabesques magnifiques et raffinées. Le bijou était sertit de Saphir pur, tandis qu’un voile blanc transparent se tenait devant l’endroit où se trouvaient les yeux. C’était un superbe objet…
 
Melkhiel : Quelle beauté…
 
            Sans rien dire d’autre, il prit entre ses mains le précieux objet. Alors, le temps sembla s’arrêté et une voix retenti dans l’esprit du Souverain…
 
???: Le monde est toujours corrompu… Toi, être de Lumière qui a réussi a venir jusqu’ici, les ténèbres ne te désolent-ils pas ?
Melkhiel : Qui êtes-vous ?
???: Je suis l’incarnation de la pureté… Je me tiens au coté de Dieu…
Melkhiel : Vraiment ?
???: En douterais-tu ? Ta foi faiblirait-elle ?
Melkhiel : Non bien sûr que non !
???: Je sais que tu œuvres pour la Lumière… Par mon intermédiaire, devient l’Instrument de Dieu, prône son règne ici bas et débarrasse Son Royaume des Ténèbres.
Melkhiel : Je…
 
            Cet espace clos et ce dialogue furent brisé, lorsque la main de Ryuki vint se placer sur l’épaule du roi.
 
Ryuki : Ca va Melky ?
Melkhiel, échappant à cette étreinte, comme si elle le dégoûtait : Ne me touchez pas ! Bien sûr que je vais bien. Pourquoi cette question ?
Ryuki : Tu semblais ailleurs.
Melkhiel : Oh…
 
            Le Séraphin regarda de nouveau la tiare et déclara :
 
Melkhiel : Je l’emmène avec moi. Rentrons.
Iriel : Vous… Vous êtes sûr de vouloir l’emmener avec vous ?
Melkhiel : Bien sûr, Tentateur. C’est un objet sacré, je me dois de le protéger.
Ryuki : Sois plus sympa !
Melkhiel : Je n’ai pas de conseil à recevoir d’un homme tel vous ! Profitez de l’hospitalité que je vous offre pour le moment, avant que je ne change d’avis !
 
            Le Haut-Elfe quitta la pièce, avec le bijou à la main. Ses compagnons s’interrogèrent sur ce brusque changement de caractère et de personnalité, mais lui suivirent, reprenant leur montures jusqu’au Palais. Melkhiel tenait l’artefact lui-même, ne la confiant à personne. Il était attiré par lui, comme un papillon du feu…
 

(Si quelqu’un tente de prendre l’objet, Melkhiel répliquera, et utilisera immédiatement la force. De plus, il sera de plus en plus désagréable envers ceux qui ne sont pas des Séraphin…)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 46
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   Mar 19 Avr - 9:57
Miyabi était abasourdi par la réaction de Melky il sentait les ténèbres de Melky s'agitait teinté de colére et de fanatisme. Tout a fait innocemment Yuki voulut toucher la tiare mais Melky lui broya sa main cruellement, celui ci ce mis a pleurer sous l'effet de la douleur. Pris de colère Miyabi plaque Melky contre le mur en disant "Je peux savoir a quoi tu joue ?"

Melky regarda d'un air féroce en disant : Ote tes vils mains de ma personne tentateur de malheurs

Celui ci n'en fit rien il commença a resserré son étreinte "Et moi qui croyais que tu été la bonté incarné tu n'est qu'un crapaud de plus se dissimulant sous des air de colombe !

Melky : Une créature de votre nature et de votre rang ne peux porter de jugement a mon égard

Miyabi : Je connais des tentateurs ayant beaucoup plus de vertu que tu en aura jamais roi de pacotille. Tu te dis dirigeant d'une grande nation mais tu n'es même pas capable de prendre conscience que a vouloir tout le temps te sacrifier tu prends en otage le cœur de ceux qui t'aime et tu pense qu'a ta gueule, un telle roi ne mérite pas de régner !!

Melky : Des tentateurs vertueux laisser moi rire !! Tout ceux de votre race sont nés dans l'unique but de détourner les honnêtes âmes du chemin lumineux pour ainsi trainer les autres dans la fange. Pour la notion de sacrifice comment un être de ténèbres telle que vous peut elle en parler et la comprendre alors que cela vous êtes complétement inconnu ? Maintenant oté vous de mon chemin ou j'userai de pouvoir qui vous exhorte je ne serai pas contre cela ferai un tentateur de moins sur cette terre.

Miyabi : Alors pourquoi tu as aidé la fange a sauver Yuki ? Et mon petit garçons alors que ton père tété encore le sein de sa mère je parcourais déjà cette terre a sauver mon peuple des dictateurs dans ton genre. Je n'ai jamais oublié le génocide que vous avez perpétré a notre encontre, il y a 60 ans de cela. Les séraphins sont tous des hypocrites bien pensant qui serai prêt a faire couler le sang des innocents pour leur dieu. Si notre prêtresse n'avait pas intervenue on aurait été au bord de l'extinction.

Ryuki : Ca suffit les enfants on est pas la pour se battre réglez vos comptes en dehors de cette endroit ce n'est ni endroit ni le lieu.

Yuki : tu me déçois beaucoup tonton Melky.

Ils sortirent de la cathédrale dans un silence lourd de reproche.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)   
Revenir en haut Aller en bas
 
La tiare de pureté. (PV: Melkhiel Inil, Ryuki Etsuya, Shin O'Rinda, Yvalia et Miyabi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Test de pureté
» LES DES SONT JETES ,LES DES SONT JETES.
» Aegis ou la pureté qui n'a aucune limites...
» Pureté [Laure-Vanessa]
» Escarmouche Improvisée [PV : Anaki Ryuki - Hayashi Mao]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'empire du Chaos :: Monde Magique :: Royaume des Sages-
Sauter vers: