AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'empire du Chaos

Bienvenu dans L'empire du Chaos, un forum RP ou le monde magique et médiéval s'affronte ou s'unisse
 

Partagez | 
 

 Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Mar 5 Avr - 17:05
Cela faisait maintenant quelques années qu'Yvalia avait prit la tête de Dorkenstein, le pays le plus fermé du continent civilisé, si bien que personne en dehors de ce territoire savait ce qui c'était passé après la révolution de l'inquisition.
 
Cependant, la Despote était sur le point de réveiller les vieilles querelles sur le continent pour mener à bien sa mission finale. C'est depuis l'imposante cathédrale : Valia, siège de l'inquisition et centre névralgique de son empire, qu'elle s'était employée a remilitarisé, informatisé, robotisé et purifié le pays. Et grâce à la technologie, les scientifiques avaient mis au point un nouveau système de gestion de la nation, par l'intermédiaire d'une IA dénommé Avie qui n'était qu'au service de la Grande Inquisitrice. Cette IA permettait de gérer tous les aspects quotidiens de la vie en Dorkenstein, que ce soit, l'agriculture planifié, l'économie contrôlé ou l'armée robotisé.
 
C'est depuis un immense miroir informatique, dans les entrailles de la cathédrale qu'Yvalia contrôlait Avie et manigançait en vu de l'opération « Invasion ».
Grâce au travail forcé de tout son peuple, la Dictatrice a pu mettre sur pied une immense armé de droïde de combat. Et c'est depuis son précieux miroir que l'Autocrate passa à l'attaque.
 
Yvalia : Avie, lancement de l'opération « Invasion » !
Avie : Initialisation de l'opération « Invasion », paramètre de bataille validé, système de combat validé, tous les champs sont opérationnels, début de la campagne lancé. Invasion de Wonderland en cour.


A ce moment, les droïdes de combat et les drones, en ordre de bataille rangé, se dirigeaient en direction de Wonderland. Bien sûr, la jeune dictatrice n'avait pas pris la peine de déclarer la guerre à la nation du plaisir, ce qui prit par surprise l'armée de cette dernière. Si bien qu'en une semaine, un tiers du pays était tombé entre les mains de l'armée droïde.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Mer 6 Avr - 15:15
Ryuki se trouvait dans sa salle de musculation. L’entretien de sa silhouette demandait de l’attention… Mais après tout, ce n’était pas le temps qui lui manquait… Contrairement à Melky, il ne perdait pas des heures en diverses réunions ou conseils. Il prenait les quelques décisions quand Raytöku venait le chercher. Il lisait généralement rapidement le document avant de le signer. Le cyborg avait la confiance du Souverain, ce qui ne l’empêchait pas de vérifier avant de donner son aval. Et s’il tentait de le gruger de quelque manières que se soit, le Combattant savait très bien faire regretter ce genre d’insubordination… La mort ? Non c’était trop doux… Il y avait tant de torture psychologique, et physique possible…
 
Enfin, il était bien loin de ces préoccupations, portant toute son attention sur son entraînement. Pompes sur un bras, traction, presse, squat, papillon, abdos, corde à sauter, etc… Il était dans sa salle privé, portant un simple bas de jogging et un T-shirt ample, trempé de sueur. Il avait noué des cheveux en une queue de cheval, ce qui n’empêchait pas à quelques mèches folles de s’en extraire et de se plaquer sur ses tempes. Après avoir fini ses séries, le Combattant se redresse, mettant sur ses épaules une serviette sèche, et buvant à grosse gorgée le contenue de sa bouteille d’eau. C’est à ce moment précis que Raytöku entra. Il marqua une pause devant son maître, qui lui adressa directement la parole :
 
Ryuki : Que se passe t-il Gamin ? Je te manque tant que ça ? Tu veux te joindre à moi ?
Raytöku : Nous nous faisons attaquer.
Ryuki : Quoi ?! Qui oserai nous attaquer ?!
Raytöku : Il s’agit de la nation de Dorkenstein. Une armée de drone et de droïde se rapproche dangereusement de nos frontières.
Ryuki : Dorkenstein ? –après avoir rit à gorge déployé- Ces années de solitude l’on finalement rendu folle ! Elle pense sérieusement pouvoir gagner ?
Raytöku : Qu’est-ce qui vous rend si confiant… ?
Ryuki : Cela fait des années que son Royaume est fermé su reste du monde, elle n’a pu profiter des avancé technologique que nous avons pu mettre en place. Cela ne m’étonnerai même pas que ses soldats combattent avec une lance ! Qu’elle lance sa misérable croisade. Préviens nos armées, qu’ils soient sur le pied de guerre !
Raytöku : J’ai précédé vos désirs, tout est déjà en cour.
Ryuki : Ils partent à la rencontre de ces larves ?
Raytöku : Tout à fait.
Ryuki : C’est parfait… Viens, je vais te donner une récompense…
 
Le Cyborg se rapprocha du Souverain. Ce dernier posa sa main sur la joue de son garde du corps, avant de sceller ses lèvres aux siennes en un baiser passionné et langoureux. Raytöku mit fin à cet échange, repoussant légèrement son maître :
 
Raytöku : Nous n’attendons plus que vous…
Ryuki : Tu voudrais que je participe ? Je n’en vois pas l’intérêt ! Ce ne serait que pure perte de temps, et j’ai bien d’autre chose à faire.
Raytöku : Comme ?
Ryuki : Déjà, prendre une douche. Tu m’accompagnes.
Raytöku : Je ne suis pas sûr que…
Ryuki : Ce n’était pas une question, mais un ordre. Ramènes toi !
 
Sur ces paroles, Ryuki tourna les talons et prit la direction de la salle de bain. Le Cyborg, connaissant son maître, le suivi sans broncher. Ce n’est pas comme s’il n’en n’avait pas envie après tout…
 
Une semaine passa, et les mauvaises nouvelles pour la Nation de Wonderland d’accumulèrent. Les défaites s’enchaînaient, et de nombreux territoires tombaient sous la coupe de la Dictatrice… A chaque fois, le Roi entrait dans une colère noire, étanchant sa haine soit envers ses prisonniers, mais aussi contre ses serviteurs. Devant cette catastrophe, il prit la décision de contacter la reine de Calith. Il comptait la rallier à sa cause, grâce à l’argent. Ses comptes étaient suffisamment remplit pour pouvoir s’acheter ses services de son armée et d’elle. Un matin, Ryuki se rendit donc dans sa salle de conférence. Il s’installa dans un fauteuil à roulette, et se mit devant un grand écran. Alors, il appela directement Ora, pour lui parler par vidéoconférence.
 
En attendant qu’elle réponde, tandis que le « bip » de la sonnerie retentissait, le Combattant se mit à tournée sur lui-même, afin de tuer le temps… Trop concentré sur ce « jeux », il n’entendit même pas la voix de la Cyborg qui avait décroché :
 
Ora : Qu’est ce que tu me veux le Chien… Ohé ! OHE !
Shin : Il semble autre part…
Ora : Quelle perte de temps ! Je ne sais pas pourquoi j’ai accepté de parler à cette saloprie.
Ryuki : Car j’ai une offre qui va vous intéresser ma Reine.
 
Semblant avoir enfin repris conscience, le Souverain se retourna et fit face à la retransmission. Ora, se tenait assise au premier plan, arborant un regard fière, tandis que Shin, se tenait à ses coté, en retrait.
 
Ora : Que me veux-tu ?
Ryuki : Comme tu le sais très bien, mon Royaume se fait attaqué
Ora : Et à la dernière nouvelle tue te prends une sacrée raclée. J’applaudis à deux mains Yvalia…
Ryuki : Je vois que vous m’estimez toujours autant. Enfin qu’importe ! J’ai une offre à te faire.
Ora : Ne me fait pas plus attendre ! J’ai autre chose à faire !
Ryuki : 900 000 de ta monnaie, et tu te joins à moi contre cette Inquisitrice… Qu’en dis-tu ?
Ora : 900 000 par mois ? Tu te fous de moi ?! Radin !
Ryuki : Hebdomadaire…
Ora, réfléchissant : 1 000 000 hebdomadaire, et mes hommes combattront à tes cotés…
Ryuki : 1 000 000 ? Qu’il en soit ainsi… Je t’envois la première moitié immédiatement, et le reste quand tes soldats seront présent…

L’affaire conclu, la communication fut stopper chacun partant de leur coté. Cela coûtera cher à Ryuki, mais pour conserver ses terres, il fallait en payer le prix. Il avait déjà sacrifié bien trop de chose pour obtenir son titre, et ce n’est pas le premier venu qui le détrônera ! Les forces de Calith prêtèrent main forte à celles de Wonderland, stabilisant, voire même renversant la situation… Petit à petit, les terres perdues revenaient au Royaume…


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Mer 6 Avr - 16:10
La vie de déroulait calmement dans le Royaume des Sages. Le temps s’égrainait paisiblement, et le printemps succédait à l’hiver. L’atmosphère se réchauffait, les oiseaux recommençaient à faire profiter au monde leur doux chant. La végétation se réveillait petit à petit, fleurissant le paysage. Au palais de Thyrael, tout se passait à merveille. Enael continuait son entraînement avec Marael, progressant rapidement de niveau. Orimiade, elle, continuait à feuilleté les ouvrages de la bibliothèque, mettant à jour des livres oubliés. Dans ces cas-là, elle pouvait les passé à Melkhiel qui s’empressait de les lire… Ce dernier lui, arrivait à jongler entre son devoir de souverain, sa vie privée et son temps libre. Il arrivait à passer du temps avec ses proches et à se divertir, tout en continuant à régner sur ses terres.
 
              Pour le moment la gouvernance était tranquille. Il n’y avait pas de tension avec les autres Royaumes. Le roi des terres désolées semblent être dans une période calme, espérons que sa folie le laisse tranquille et qu’il continue ainsi pendant un moment. Cependant, il y avait un nuage noir sur cet horizon. Le Haut-Elfe avait cru bon d’installer une sorte de consulat à Wonderland, afin de se ternir informé de ce qu’il se passait sur l’autre continent. Et les dernières nouvelles n’étaient pas vraiment réjouissantes… La dirigeante de Dorkenstein avait décidé sans préavis d’attaquer la nation des plaisirs.
 
              Plusieurs choses troublaient le Séraphin. Déjà, le fait qu’il n’y ait pas eut de déclaration de guerre… Elle semblait vouloir attaquer à revers, pour prendre par surprise Ryuki. D’autre part, il en savait finalement que très peu sur ce Royaume. Ce qu’il en savait c’était ce que le Combattant et son garde du corps lui avaient dit. Il s’agissait auparavant d’un pays où la corruption fait loi. C’était avantageux pour Ryuki, il est vrai, pouvant faire prospérer ses affaires illégales là-bas, sans être inquiété. Toutefois, l’Inquisition, avec à leur tête une femme, avait fait une révolution pour destituer le gouvernement. Depuis sa prise de pouvoir, plus aucune nouvelles ne passaient les frontière. Les rumeurs indiquaient que le territoire était devenu une dictature… Le Souverain se souvenait que Ryuki avait maugréé, en repensant à cette époque, « où il avait perdu une partie de sa clientèle » En effet, Yvalia, en arrivant au pouvoir, avait interdit et chasser les trafiquant de drogue, d’alcool et de cigarette…
 
Tout cela pour dire qu’elle semblait avoir décidé du jour au lendemain d’attaquer Wonderland. Et elle semblait plutôt bien partie, ayant conquit un tiers du pays en à peine une semaine. En voyant cela, Melkhiel proposa son aide à son ami, malgré le fait qu’il serait sans doute désavantagé là-bas. Même s’il avait souvent du mal à supporter le Combattant, ce dernier lui était venu à plusieurs reprises à l’aide. Etant un homme d’honneur, le Séraphin savait qu’il avait une dette envers lui. Mais le Brun, lui avait répondu qu’il ne se laisserai pas si facilement battre, et qu’il avait encore un atout dans sa manche : Ora. Ryuki avait décidé d’acheter le soutient de la Cyborg pour remporter la bataille. Le Haut-Elfe lui avait déconseillé ce choix, on ne pouvait avoir confiance en une mercenaire, qui était accompagné d’un scientifique fou à lier qui plus est !
 
              Faisant fit de ses conseils, le Roi de Wonderland, comme à son habitude, n’en fit qu’à tête. Ce qui sembla dans un premier temps lui porter chance. Le Souverain du Royaume des Sages était sur son trône, jugeant une affaire mineure, lorsque qu’Alanel vint lui apporter les dernières nouvelles :

Alanel : Votre Altesse, il semblerait que les troupes de sa Majesté Ryuki reprennent l’avantage sur celles de Dorkenstein.
Melkhiel : Je vois, Dame Ora est toujours avec lui ?
Alanel : En effet.
Melkhiel : Espérons que cela dure…
Alanel : Vous craigniez qu’elle ne retourne sa veste ?
Melkhiel : C’est une possibilité que nous ne pouvons écarter…
Alanel, s’autorisant un peu d’humour : Vous savez, vous risquez d’avoir bientôt plus de cheveux blanc que moi.
Melkhiel : Peut-être, c’est vrai… Mais avec ma couleur blonde ça se verra moins. Blague a part, nous devons rester sur nos gardes, et nous tenir prêt à tout problème…
Iriel : Il en sera fait comme vous le désirez.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Mer 6 Avr - 19:10
Alors que l'armée droïde reculait face au deux armées adverse, la despote ordonna l’intensification de la production de droïdes et de drones, forçant son peuple à travailler toujours plus, sans que personne ne puisse s'y opposer. L'inquisition multipliant les arrestations, l'Impératrice étant même aller jusqu'à ordonner l'exécution de familles entières pour l'exemple.
Cependant, même toutes la sueur de son pauvre peuple ne suffisait pas pour égaler la coalition adverse. C'est donc auprès d'Avie que la jeune souveraine prit conseil.

Yvalia : Avie, quelles sont mes options pour remporter la campagne en Wonderland ?
Avie : Analyse des informations de bataille, en cour. Recherche d'externalité, en cour. Chargement d'une nouvelle gestion de bataille... (après quelques minutes). Le système préconise, d'augmenter la production d'agents de combats.
Yvalia : J'ai déjà passe le temps de travail de 12 à 14 heures par jour, si je continue, il n'y aura plus personne pour travailler. Éluder la proposition.
Avie : Proposition éludé. Le système préconise de supprimer la journée de repos hebdomadaire.
Yvalia : Je ne pourrais prétendre être la Grande Inquisitrice si je dérogeais au commandement de Dieu qui nous impose une journée de prière et de méditation ! Éluder la proposition !
Avie : Proposition éludé. Le système préconise la création d'une section de récupération et de recyclage des droïdes hors service sur les champs de batailles.
Yvalia : C'est intéressant ! Valider la proposition.
Avie : Proposition validé, mise en place immédiate de la section de récupération et recyclage, mobilisation des agents compétents. Le système préconise l'emploie de mercenaires.
Yvalia : J'aimerais bien, mais toutes les forces de Calith son déjà mobilisé contre nous ?
Avie : Les virus espions du système on rapporté que les comptes de Wonderland étaient presque vide, le système préconise de prendre contacte avec la reine de Calith.
Yvalia :Je te remercie Avie, fin des tâches, retour en gestion automatique.
Avie : Retour en gestion automatique.

La Sainte Inquisitrice ne perdit pas une second et depuis son miroir informatique prit contacte avec la dirigeante de Calith :

Ora : Qu'avons nous la ? Ne serait ce pas notre sainte vierge ? Ne me dit pas que tu veux signer ta capitulation ? Non, car plus la guerre dure, plus je me remplis les poches !
Yvalia : Si vous étiez en Dorkenstein, on vous aurait lapidé pour vos propos !
Ora : Oui mais la je ne pense pas que tu sois en position de me lapidé. Mais dit moi plutôt pourquoi tu m'as dérangé ?
Yvalia : C'est simple, j'ai besoin de plus d'agent pour remporté la guerre ou du moins que mes ennemis soient moins nombreux. C'est la que vous intervenez, vous et vos mercenaires...
Ora : Ahahaha ! Laisse moi rire, tu as oublié que je travail pour ce chien de Ryuki...
Yvalia : Je le sais bien, mais n'oubliez pas que sa fait un petit moment que la guerre à débuté, et en plus de devoir payer ses soldats, il doit aussi payer vos mercenaires, croyez vous qu'il puisse encore tenir combien de temps comme cela. Et même si mon armée recule, moi je ne perds que des machines alors que vous, vous perdez vos mercenaires. De plus, je sais que vous détesté ses animaux de Wonderland, moi aussi je les haines, ils sont l'incarnation des pêchés.
Ora : T'as pas entièrement faux ma petite vierge ! Mais c'est pas avec tes belles paroles que tu vas m'acheter, comment tu comptes payer ?
Yvalia : Je ne dispose pas de monnaie, étant donné que mon système de gestion marche par : bon de rationnement, cependant, Dorkenstein est très riche d'un métaux jaunes qui nous sert en général pour les circuit imprimé des droïdes, mais je sais que les Hommes pervertis en raffole.
Ora : Là, tu m'intéresse ma sœur ! Je prends une tonnes d'or par jour.
Yvalia : Je vous envois 5 tonnes tout de suite, pour que vous assiégez uniquement la capital et capturez l'impure souverain de la nation des pêchés, pendant que mon armée s'occupe du reste du pays.
Ora : Marché conclu frangine ! Je crois qu'on va bien s'entendre.

Le jour même la Grande Inquisitrice envoya des drones porte conteneur remplis du précieux métal en direction de Calith, et le lendemains, la capitale de la nation des plaisirs était assiégé par les mercenaires d'Ora tandis que cette dernière était à la recherche du Combattant, et était prête à en découdre.

Pendant ce temps l'armée droïde n'avait plus aucun mal à franchir les lignes ennemis maintenant que l'armée de Wonderland était isolée.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Jeu 7 Avr - 15:02
La bataille commençait à tourner à l’avantage de Ryuki. Bien que les mercenaires de Calith coûtent un bras, ils étaient quand même expérimentés, et permettaient de renverser la situation. Qu’est-ce qu’elle croyait la Vierge ? Qu’elle pourrait se défaire aussi facilement du Roi de Wonderland ? Qu’elle le laisse rire ! Ce n’est pas une fervente d’un Dieu qui va l’arrêter. Il y avait encore beaucoup de chose à faire sur cette terre avant qu’il n’abandonne son pays, ou qu’il passe l’arme à gauche. En ce moment même, le Combattant se trouvait dans la salle de guerre. Il était assis dans un large fauteuil paré à l’excès, dans un style rococo. Il caressait la douce tenture de velours, tandis qu’il regardait en face de lui la carte de sa nation.
 
Elle était apposé sur une table, et recouverte de pion en forme de soldat. C’était une chose qu’il adorait pendant la guerre, avoir sa petite mappemonde, et déplacer les figurines. Là, il se prenait pour un maître d’échec, un véritable générale de guerre. D’ailleurs, pour l’occasion, il avait revêtue un uniforme militaire noir. Au niveau de son cœur figuraient de nombreuses médailles qu’il s’était lui-même appropriées ou qu’il avait créées pour l’occasion. Sur ses épaules étaient accroché à ses épaulières des bandelettes d’or, ornement réservé au haut gradé. Sa veste possédait deux poches, et bien qu’elle soit fermée, elle laissait quand même entrevoir une partie de son torse. Il portait au bras gauche un brassard où était représenté le blason des Etsuya, une rose épineuse... Son pantalon était rentré dans ses bottes montantes en cuir noir, et pour compléter cette panoplie, il portait une casquette, mise un peu de travers, son sabre et son pistolet à la ceinture et il tenait une cravache.
 
De sa place, il tendit le bras et commença à bouger les pièces sur ce qu’il aimait appeler son terrain de jeu. Il les plaçait où il les voulait, selon son bon vouloir, où son goût de l’esthétique. Raytöku, étant à ses cotés, lui repris les pions des mains et les remit au bon endroit.
 
Ryuki : Hé ! C’est moi le chef de guerre ou pas, Gamin ?!
Raytöku : Ce n’est pas en changeant maintenant que les armées le feront, vous devez attendre que vos généraux soient là pour le faire.
Ryuki, dépité : Si j’ai plus le droit de m’amuser…
Raytöku : Nous sommes en pleine bataille je vous le rappelle…
Ryuki : Ora est avec nous, les droïdes reculent, et nous regagnions du terrain… C’est gagné d’avance.
Raytöku : Ne crions pas victoire trop tôt…
Ryuki : Arrêtes d’être rabat joie… -en agitant la cravache- Sinon je serais obligé d’utiliser ceci.
Raytöku, pragmatique : Parce que vous avez besoin d’une excuse maintenant ?
Ryuki : C’est pas faux.
 
Le Souverain se replongea sur le plan. Tout se déroulait comme il l’avait prévu… Ce n’est pas cette Sœur Térésa qui allait gagner ! Tandis qu’il pensait que tout se déroulait pour le mieux, un de ses larbins, qui était commandant d’infanterie, entra précipitamment dans la pièce, les yeux hagard, et sur son visage était imprimé une expression de peur.
 
Sbire : Votre Grandeur ! C’est horrible !
Ryuki : Quoi ? Il y a plus de frites à la cantine ?
Raytöku : Un peu de sérieux…
Sbire : C’est… C’est les troupes de Calith !
Ryuki : Eh bien quoi ?!
Sbire : Ils se sont retournés contre nous ! Ils ont retourné leur veste !
Ryuki : Ils nous ont trahis ?! Enfoirée d’Ora…
Sbire : Et… Ce n’est pas tout…
Ryuki : Quoi ?! Parle ! Dépêche-toi !
Sbire : C’est la débâcle dans nos rangs… Les lignes de fronts se sont faites exterminées… Et ses mercenaires étant présent dans tout le Royaume comme soldats de réserves, toutes les terres où ils se trouvaient ont été perdu…
Ryuki, hurlant : QUOI ?!
Sbire : Il ne nous reste qu’une fine bande de terre à l’est, avec un accès à la mer… J’ai… J’ai pris la décision de regrouper toutes nos troupes restantes là-bas pour préparer la contre-attaque.
Ryuki : Tu sous-entends de laisser la capitale ?! Jamais !
Sbire : Votre Altesse… Ora est déjà dans Asmoran… Ses troupes sont derrières elles et –
 
Il n’eut pas le temps de répondre que plusieurs explosions retentirent dans la ville, faisant trembler la tour où ce trouvait le conseil.
 
Ryuki : MERDE !
Raytöku : Je crains que la capitale de soit perdu. Rendons nous sur ces terres encore libres et nous pourrons trouver une solution.
Ryuki, fulminant de rage : Ces deux bonnes femmes vont me le payer…
 
Alors, la voix de la reine de Calith, intensifié par un mégaphone retenti dans le bâtiment :
 
Ora : Alors Semi-Homme, on se cache ? On ne veut pas affronter la réalité en face ? A moins que tu ne te sois déjà enfuit comme le lâche que tu es ! Qu’est-ce que ça fait de prendre son Royaume ?
Ryuki : La Sal… Gamin ! Prépare un véhicule et attends moi en bas, dans les sous-sols. Je te rejoint dans environ 5min à 10 min.
Raytöku : Que comptez-vous faire maître ?
Ryuki : Je ne vais pas me défiler devant cette camioneuse… Je vais lui montrer à qui elle à affaire et je te rejoints.
Raytöku : Ne faites rien d’insensé…
Ryuki : C’est trop tard. Aller ouste ! Va préparer tout ça.
Raytöku, regardant Ryuki : …
Ryuki : Tu ne penses quand même pas que je vais mourir ici ?!
Raytöku : Non…
 
Sur ces paroles, le Cyborg tourna les talons et emprunta une sortie secrète, menant directement vers les souterrains. Le commandant d’armée, lui fut obligé de resté aux coté de son maître. Ce dernier, quant à lui, se contenta de conserver sa place assise, se tenant devant les portes de la salle, attendant patiemment la venue de la reine de Calith. Pour tuer un peu le temps, il alluma l’enceinte et mit de la musique (épique), à un volume élevé. Il ne s’agissait rien de moins que le thème d’un boss final d’un jeu vidéo que l’on abrégeait par ffVII. Ora ne mit pas longtemps avant d’arrivé, défonçant complètement l’ouverture.
 
Ryuki : Vous voilà ma reine ! Vous avez failli me faire attendre.
Ora : Finalement, tu es encore là le chien… Tu es encore moins futé que je ne le pensais, mettre de la musique pour te faire repérer… A moins que se soit le signe de ta capitulation… Un appel à la mort que tu ne peux même pas te donner.
Ryuki : Il est trop tôt pour que je perde la vie, je suis dans la fleur de la jeunesse.
Ora : Une fleur qui va bientôt se flétrir… Il faudra vraiment que tu changes tes goûts musicaux… Ils me donnent des envies de meurtre… A ton égard.
Ryuki : Je doute que cela change de d’habitude.
Ora : Assez parlé ! Et bat toi si tu es vraiment un Homme ! Ce que j’en doute.
 
Sans rien ajouter, le Souverain se leva, et dégaina son sabre. De son coté, la Mercenaire transforma son bras métal en son épée, et se jeta immédiatement sur le Combattant qui réussi à parer l’attaque.
 
Ryuki : Tu pensais vraiment m’avoir comme ça ?
Ora : Ce n’est que l’échauffement !
 
Ils échangèrent ainsi plusieurs assauts, se bloquant, se parant, s’esquivant, se blessant… Les blessures infligées n’étaient que mineur, rien que quelques égratignures… A un moment, leurs lames se rencontrèrent, Ryuki arrêtant celle d’Ora. Cette dernière appuyait fortement pour briser la garde du Combattant. Pour tenter de faire diversion, il lui assena un coup de poing qu’elle stoppa avec la paume de sa main.
 
Ora : Tu me déçois encore demi homme…
Ryuki : Qui te dit que le danger vient de là, ma reine ?
 
Sans crier gare, Ryuki assena la Reine de Calith un violent coup de boule. Le coup réussi à les séparer. Le visage d’Ora était en sang, le nez cassé. Cependant, ne ressentant pas la douleur, elle continuait d’afficher un sourire satisfait :
 
Ora : Tu as la tête dure… Tu ferais un bon bélier.
Ryuki : Dommage, je suis Scorpion ! Viens donc goûter à son dard…
Ora : Pauvre con !
Ryuki, avec un sourire orgueilleux : Merci !
Ora : Tu vas goûter à la mort ! Et crois moi, elle ne sera pas douce pour toi !
Ryuki : Tu sais, on dit qui aime bien châtie bien… Dois-je en déduire que c’est l’amour fou entre nous ?
 
Elle ne répondit pas à sa question, trouvant ses allégations bien stupides. Ils continuèrent à combatte ainsi pendant plusieurs minutes. Durant leur lutte, le commandant passa de vie à trépas, n’ayant pas fait suffisamment attention à leurs faits et gestes.
 
Ryuki : Bon, ce n’est pas tout, mais j’ai mon Royaume à reconquérir.
Ora : Tu crois vraiment que je vais te laisser partir d’ici autrement que les pieds devant ?
Ryuki : Sauf que tu oublies une chose… Tu es en mon antre… Sur mon terrain, tu ne m’auras pas ! Technique ninja !
 
Derrière cette appellation enfantine, se cachait un plan plus ou moins bien ficelé. A ces mots, de petite machine sortir du parterre, et commencèrent a créer de la brume. En quelques secondes, elle emplis complètement la pièce. Cette dernière avait plusieurs propriété, elle était opaque, et ne permettait pas de voir au travers, et elle était chauffé aux environs de 37°C. Pour brûler ? Non, bien sûr… Mais plutôt pour empêche Ora de pouvoir localiser le Combattant par infra-rouge. De plus, la musique assourdissant jouait toujours, lui empêchant de le localiser par ses bruits de pas. Ryuki emprunta alors son passage secret, le refermant derrière lui, tandis que la Cyborg le recherchait dans la pièce.
 
Ne pouvant se contenter de cela, il prit un micro qu’il avait sur lui. Le son de sa voix fut retransmit dans toute la tour.
 
Ryuki : Eh bien alors ma Reine ? Vous êtes perdu ? Vous ne savez pas où je suis ? Il faudra vraiment faire mieux la prochaine fois… Ne vous avais-je pas dit que vous ne m’aurez pas ? Vous êtes chez moi, et je suis le héros de l’histoire, je ne peux mourir ! Allez, à une prochaine « Broutte-minou » ! Ps : Si la Sainte-Nitouche me cherche, dit lui de venir directement plutôt que de se cacher…
 
Il pouvait presque l’entendre hurler à cette appellation… Comme s’était amusant ! Finalement, il retrouva Raytöku, au volant d’une moto, casque sur la tête. Ils allaient aller beaucoup plus vite ainsi, en plus d’avoir du style…
 
Raytöku : Dépêchez vous maître !
Ryuki : J’arrive !


Il monta derrière lui, et ils partirent immédiatement, quittant la Asmoran à feu et à sang, pour rejoindre les terres libres d’où ils pourront prévoir une contre attaque… Mais déjà, il allait demander l’aide de Melky… Finalement, il allait avoir besoin de lui…


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Jeu 7 Avr - 17:54
Deux semaines venaient de s’écouler depuis le début du conflit entre Wonderland et Dorkenstein. L’entrée d’Ora dans la danse avait permis à Ryuki d’avoir une courte tête sur Yvalia dans la bataille, lui permettant de retrouver une partie de son territoire qu’il avait perdu. Le Séraphin commençait à connaître le Combattant, ce dernier ferait tout pour recouvrer ses terres, et pas de manière pacifiste. Il préférait faire la guerre plutôt que de parlementer. Mais après se rendait-il vraiment compte de ce qu’impliquait ce mot ? La « guerre » ? Pour lui, il ne doit s’agir que d’un jeu, où il bouge aléatoirement ses pions afin de remporter la victoire. Cependant, se rendait-il compte des stratégies à sa disposition ? Des vies qu’il met en jeu ? Des familles brisées par la mort d’un proche ? Une mère, un père, un frère, une sœur, un fils, une fille, un mari, une chérie, des ami(e)s ? Non, il ne devait pas vraiment envisager de telles conséquences… Malheureusement…
           
            De plus la guerre a ses propres règles. Les civiles doivent rester en dehors des batailles, certaines armes sont prohibées et il y a des endroits réservés aux confrontations, etc… Mais avec Ryuki, qui est si peu mature, et Yvalia, qui n’a même pas fait de déclaration de guerre, ces normes risques d’être, et sont sans doute déjà bafoué. Combien de pauvres âmes ont été emporté par la faucheuse depuis le début de cette confrontation ? Combien de familles ont été déchiré par la mort d’une des leur ? Combien de vie brisé par une blessure handicapante ? L’art militaire n’est pas un jeu… Quoi qu’en pense le Combattant… C’est à cause de tout cela que Melkhiel préférait la diplomatie plutôt que les armes…
 
            Cela faisait un petit moment que le Souverain n’avait pas eu de nouvelle de l’autre continent concernant le conflit. Ce qui commençait d’ailleurs à l’inquiéter. Si Ryuki avait gagné, il aurait été le premier à s’en féliciter auprès de tout le monde. Mais là, rien… silence radio. Même son consulat restait muet. Mais que pouvait-il bien se passer là-bas ?! Un jour, cependant, un messager ailé pénétra en trombe dans la salle du trône. Il était complètement essoufflé, et ses vêtements était arraché en de multiple endroit. De plus, ses ailes et sa peau présentaient des traces de brûlure plus ou moins grave. A son arrivé, le Roi se leva précipitamment, et se dirigea vers lui le prenant dans ses bras, en le ralentissant dans sa chute.
 
Messager : Votre… Votre Altesse… C’est…
Melkhiel, d’une voix apaisante : Calmez-vous… Nous allons vous soigner, vous êtes en sécurité…
Messager : C’est la guerre sur l’autre… Continent… Sire Ryuki… a été trahit.
Melkhiel : Il a été trahit ? Dame Ora s’est donc retourné contre lui ?
Messager : C’est bien ça…
Melkhiel : Quelle est la situation ?
Message : La Capitale est tombé… tout le Royaume à été perdu… Il reste juste… Un petit bout de terre qui… résiste tant bien… que mal… Te… Tenez…
 
            L’Ange tandis alors au Séraphin une lettre cacheté du blason de Ryuki. Après avoir fait ça, il s’évanouit, exténué…
 
Melkhiel : Amener nos grands Prêtres, nous devons le soigner au plus vite.
Soldat : Nous allons les chercher, votre Altesse !
Alanel : Que dit le mot ?
 
            Devant la demande de son conseiller, Melkhiel décacheta la lettre et posa son regard vairon sur les mots, écris sans soin et dans la précipitation :
 
« Melkhiel, ramènes-toi, le Boite de Conserve m’a trahit ! Et je t’entend déjà me dire que tu m’avais prévenu, n’en rajoute pas ! Bref, j’ai besoin de toi, Asmoran est tombé et la quasi-totalité de MON pays est sous la domination de la Sainte-Nitouche ! Et vu qu’elle n’aime pas les créatures magiques tu ferais mieux de m’aider si tu veux encore avoir un allié sur ce continent ! Et t’en fais pas, je te pais la course en arrivant.
 
Avec toute ma considération (tralala tsoin tsoin… T‘as vu, je fais attention à ma présentation !) *Il y avait ici un dessin grossier représentant un visage tirant la langue*
 
Ton cher Ryuki »
 
            C’était bien le Roi de Wonderland qui avait écrit ce mot… Sa nonchalance, et impudance transparaissait dans chacun des ses mots. Melkhiel ne put s’empêche de soupirer devant ces paroles. Malgré le non respect des règles et de la familiarité dont faisait preuve le Combattant, il ne pouvait sciemment le laisser sans l’aider. Comme il l’avait prévu, il allait devoir intervenir sur cet autre continent, qui lui était très désavantageux… Lui qui n’utilise que la magie, et ne sait pas manier d’arme allait se retrouver en position d’infériorité là-bas. Toutefois, il irait avec ses hommes là-bas. Il était aussi le chef suprême de l’armée, et ce n’était pas pour resté loin du front en toute sécurité. Il ira sur le terrain
 
Melkhiel : Alanel, Préparez les navires et les 2/3 de nos légions. Qu’ils portent non pas des armures lourdes mais plutôt celle qui lui offre une grande mobilité. Face à leurs armes, nous sommes démuni. Seule notre agilité pourra nous sauver. Je vais vous accompagner. Nous partons dans… 6 heures.
Alanel : Vous êtes sûr de vouloir venir ? Vous mettez votre vie en danger…
Melkhiel : Je le sais mon ami. Mais me doit d’accompagner mes soldats, cela fait parti de mon rôle, peut importe les dangers.
Iriel : Je vous accompagnerai.
Melkhiel : Tu es sûr ?
Iriel : J’ai promis de vous protéger non ? Je le ferais en toute occasion.
Melkhiel : Merci. Alanel, vous resterez ici, et superviserez le Royaume en mon absence.
Alanel : Il en sera fait ainsi, votre Altesse.
Melkhiel : Parfait.
 
            Sur ces mots, le Souverain tourna les talons, et se dirigea vers l’armurerie. Pendant le temps qu’il lui restait, il allait revêtir son armure, et allé à la rencontre de ses commandants pour parler de l’offensive à venir. Il enfila ainsi une armure composée de cuire d’Ulmar, et de pièce d’armure en adamantium. (Rq : Je sais que je n’ai pas le droit de porter une armure, mais ça fait plus classe pour un chef de guerre. Et dans tous les cas, je suis nul au corps à corps et je n’aurais plus ma magie… Mais si on m’attaque, ne vous occupez pas de l’armure ^^’ (et du coup, voilà a quoi je ressemble Smile C’était résistant, mais le serais-ce assez pour les arme de cet autre continent ? Cela n’avait jamais été testé, du coup, ce sera une première.
 
            Les heures passèrent vite, et Melkhiel passa ces dernières avec ces généraux. Parmi eux se trouvait Rose, qui avait répondu présente immédiatement. Cependant, vu le peux de donné qu’ils avait sur la situation là-bas, ils convinrent d’aviser lorsqu’ils auront atteint les berges des terres libres de Wonderland. Le Séraphin n’aimait pas vraiment la perspective d’aller au combat sans plan en tête, ni stratégie de repli. Toutefois, ils n’avaient pas vraiment le choix de faire autrement. A l’heure dite, la plupart des troupes étaient déjà devant les embarcations, prêtes à partir. Iriel, dans son armure complète, ses sabres aux flans.
 
Iriel : Sir, vous allez bien.
Melkhiel : Parfaitement bien.
Iriel : Vraiment ? Votre cœur est pourtant bien sombre.
Melkhiel, après un petit rire : Tes compétences de tentateur te sont bien utiles on dirait. Tu arrives à lire si facilement en moi ?
Iriel : Bien plus que vous ne le pensez. La peur étreint votre cœur… Pourtant, vous vous refusez de ressentir cette émotion…
Melkhiel : Je n’ai pas le droit de montrer ma peur, alors que tous ces hommes et femmes risquent leur vie à cause de mes ordres. Je me dois d’être irréprochable.
Iriel : Vous savez, si vous étiez en prison, vous auriez plus de liberté…
Melkhiel : Ne faite pas comme Hansel, s’il te plait !
Iriel, mettant une main sur l’épaule su roi : Vous êtes un homme vous savez. Vous avez le droit de vivre.
Melkhiel : Peut-être… Mais j’ai d’autre priorité.
Iriel : Vous recommencez ! Vous êtes vraiment pénible vous savez !
Melkhiel, après avoir rit un peu : Je sais.
Iriel : Ne vous étonnez pas si vous finissez votre vie seul.
Melkhiel, rouge pivoine : Je… Je ne vois pas ce que cela vient faire dans la conversation !


            L’homme à la chevelure bleu rit alors à gorge déployée devant les réactions de son maître. Il ne s’était pas trompé en décidant d’être à son service. Toujours troublé, le Roi parti en direction d’un navire, suivit de prêt par le tentateur, qui assurait sa protection. Une fois sur le pont, les sirènes retentirent et la flotte partie en direction du Royaume libre de Wonderland, prêt à venir en aide à Ryuki. Melkhiel se reprit alors, pensant déjà à la future confrontation...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Jeu 7 Avr - 22:38
Yvalia était comme à son habitude depuis le début du conflit devant son magnifique miroir informatique. Inspectant chaque information que ses satellites et virus espions lui rapportaient. Elle jubila lorsqu'elle vit depuis le miroir que des navires était entrain de quitter l'impure continent pour le continent civilisé. La dictatrice ordonna à son IA de faire un zoom sur les différents passagers des navires. Et elle le vit, celui qu'elle considérait comme le roi des déchus, Melhkiel.
Sans perdre un instant :

Yvalia : Avie, passe immédiatement en phase 2 !
Avie : Opération « invasion » passage en phase 2, lancement de la mise à jour des droïdes, passage du mode « combat » au mode « extermination ».

A ce moment, les droïdes qui jusqu'à la n'attaquaient que les soldats, commençaient à exterminer les prisonniers mais également les civiles. La despote ne manqua pas de regarder le spectacle à l'aide des caméra de ces drones, qui pilonnaient les villes et les campagnes de bombes incendiaires. Ce qui satisfaisait amplement sa majesté, de voir brûler tout ces infidèles de Wonderland !
Mais n'ayant pas le temps de savourer plus longuement son ouvrage, elle demanda à Avie de convoquer Valhem, son fidèle page, qui rappliqua au plus vite :

Valhem , se prosternant, baissant le regard devant sa maitresse : Votre Sainteté, m'a fait appeler ?
Yvalia : Maintenant qu'Avie et en phase 2, vous pouvez passé à l'étape suivante.
Valhem , toujours le regard bas : Oui, maitresse ! (Partant, sans tourné le dos à l'inquisitrice mais toujours le regard baissé).

L'Impératrice resta donc devant son miroir, pendant que son valet accompagné d'autre inquisiteurs prit un jet en direction des terres encore libre de Wonderland. Précédé par une armée de droïde, le Page écrasa la faible résistance du pays des plaisirs.
Et c'est dans un bordel, en charmante compagnie, mais sans son loyal servant, que l'inquisiteur trouva le Combattant.

Valhem : Au nom de notre Sacro Sainte Impératrice, vous êtes en état d'arrestation !
Ryuki, voulant faire de l'humour : Ah bon ? J'étais sûr qu'elle avait de sacré seins !

Le fidèle servant de la Sainte Inquisitrice, entra dans une colère noir, et mis une coup dans l’œil de Ryuki, ce qui le marqua immédiatement. Évidemment, les gardes du Roi allaient pour le défendre, mais les droïdes les encerclèrent, il y avait une trentaine de machine pour une poignée de soldat, le Combattant préféra détendre l'atmosphère :

Ryuki : Calme les gars, on est bien. Mais … Valhem c'est ça ? Qu'est ce que j'ai fais pour que votre Vier...euh...votre Reine me veule ? (ne résistant pas à faire sa blague) Elle veut savoir ce que c'est que le plaisir ? Tu me diras, avec tous vos joujoux électrique, elle ne doit pas s'ennuyer ?

C'était le blasphème de trop pour le Page :

Valhem : Enfermez le ! Et tuez tous ses impures sodomites !

Le roi fut emmené en direction des geôles de la ville portuaire, pendant que les droïdes exécutaient l'ordre de l'inquisiteur. Si bien que le jour suivant alors que les navires du royaumes des sages accostaient au port, la ville n'était plus qu'un tas de cendre.
Quand les troupes de Melhkiel mis pied sur terre, le séraphin à leur tête, une délégation de personne masqué et somptueusement habillés les attendaient. Dans la délégation se trouvait Ryuki, qui était pour le bien de tous bâillonné !

Valhem : Que d'impure créature ! La nausée me prend.
Le séraphin, voyant que les hommes masqués n'étaient pas armés, engagea la discussion, pour évité de versé plus de sang, qu'il n'y en avait déjà sur le port.

Melhkiel : Qui étes vous ?
Valhem : Je me présente, je suis Valhem, Page de sa Majesté la Sainte Impératrice Yvalia.
Melhkiel : Pourrais-je savoir les raisons pour lesquelles Dorkenstein s'en prend à Wonderland ?
Valhem : Pour le savoir, il va falloir nous suivre, immonde créature !
Iriel : Alors ça jamais !
Melhkiel : Du calme Iriel.
Valhem : Voyez vous, pendant que nous discutons, notre armée droïde procède à l'extermination des habitants de Wonderland, (regardant sa tablette informatique) notre système nous indique, que 8% de la population à déjà été exterminé. Et nous continuerons tant que tu ne nous suivra pas, Déchu. Tu peux toujours faire demi tour, mais dans ce cas je crains qu'a ton retour il n'y ai plus personne pour t'accueillir. Ou tu nous suis et on arrête la purification.
Melhkiel : Purification ? Purification ? Mais c'est une boucherie, pourquoi tout cela ?
Valhem : Pourquoi ? Car se sont les ordres de la Sainte Inquisitrice !

Melhkiel compris qu'il ne pourrait pas parler avec une personne sous le joug du fanatisme. Et il savait que le temps de retourné au royaume des sages pour former une armée plus puissante, il serait trop tard pour le peuple de la nation des plaisirs qui c'était transformé en nation des supplices. Le sage roi préférait encore faire don de sa personne pour sauver des millions de vie, après tout le choix était vite fait. De plus il était intrigué par la personne d'Yvalia, dont personne ne connaissait rien. Il voulait savoir, qui se cachait derrière ce nom.

Melhkiel : J'accepte de venir avec vous mais en échange, je souhaite le retrait immédiat de vos forces armées !
Iriel : Mais vous n'êtes pas sérieux mon roi ?
Melhkiel : Il suffit Iriel, ma décision est prise.
Iriel : Mais …. (le regard autoritaire du séraphin stoppa les protestation de son garde).
Valhem : Que de bonnes nouvelles, sa majesté sera ravie !

Ainsi comme promis, valhem rédigea un traité de paix sur sa tablette, et le signa en premier avec son empreinte digitale, a son tour Ryuki, a qui on avait enlevé la chaussette qu'il avait dans la bouche signa le traité du bout de son doigt. Vient au tour du séraphin qui ne savait pas comment fonctionnait cette sorcellerie de tablette électronique, ce qui faisait bien marré le Combattant, mais il fini par comprendre et imposa son empreinte.

Le traité étant signé, l'information fut envoyer à Avie qui ordonna aux droïdes de se replier. Les machine arrêtèrent aussi tôt leur macabre mission et rentrèrent en ordre de replie rangé. Précédé par le précieux convoie qui contenait le souverain du royaume des sages.
Cependant le convoi en direction de Weimar contenait un invité surprise, qui n'était autre que Ryuki qui avait profité de l’inattention de l'un des inquisiteurs de la délégation pour l'assommer et prendre ses vêtements avant de se glissé dans le jet avec les autres Inquisiteurs.

Une fois arrivé à la cathédrale, le toutou de l'inquisitrice s'empressa de lui ramené son nouveau trophée. Tandis que les inquisiteurs retournèrent à leur affaires...


Pour ce qui est de Melhkiel, il fut solidement attaché dans les geôles de la cathédrale. Et quelque minutes plus tard, il entendit le claquement sec de ce qui ressemblait à des talons, et là il la vit.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Ven 8 Avr - 16:12
(J’ai fait une description de Valhem, mais je ne sais pas si ça te conviendra… Si non, préviens moi, et je change Wink )
 
C’est à moto que le duo réussit à échapper à Ora, et à quitter Asmoran, la Capitale de ce qui était Wonderland. Cependant, le fière et orgueilleux pays était maintenant réduit à des villes en ruines et à mes amoncellement de cadavre au coin des rues. Sur les routes, Ryuki put voir les actions des Inquisiteurs. Tous les habitants tombant entre leurs mains étaient assassinés sans la moindre sommation. Une balle dans la tête, un coup d’épée dans le ventre, une éventration, un empalement… Et après c’était eux les sauvage ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité !
 
Trop rapide pour l’armée de la Despote, ils réussirent à rejoindre la partie encore libre de la nation du Plaisir. Là-bas, ils établir la nouvelle « capitale » ou tout du moins le centre des opération, au bord de l’océan. C’était par ici que Melky devait arriver, et avec lui son armée pour l’aider à reconquérir ses terres. La Cité avait été pour le moment épargné, seules quelques habitations avaient été touchées, mais la plupart étaient encore débout. Avant de prévoir quoi que ce soit, il fallait attendre le Séraphin, ainsi que le reste des troupes. Alors, pour tuer le temps, Ryuki décida de passer du bon temps en excellente compagnie, c'est-à-dire, avec des filles (et hommes) de joie.
 
L’enseigne annonçait directement la couleur, étant d’un rouge vif. Le Combattant entra dans le bâtiment, poussant la porte en bois et il découvrit à l’intérieur un luxueux salon. Les murs étaient couverts de tentures rouges cramoisies. Dans les coins de la pièce trônaient des grands divans moelleux. Les lumières étaient tamisées, et une musique d’électro bas de gamme assourdissait le tympan. Ce n’était certes pas le style musical préféré du Combattant, mais après tout, il n’était pas vraiment là pour ça… En entrant tous les regards se tournèrent vers lui, envieux, jaloux, amusé, taquin… Les personnes présentes avaient bien reconnu le Roi de Wonderland. Ce dernier se dirigea vers un sofa libre, passant à coté de plusieurs barres verticales réservées à la danse, et s’y assis de manière confortable.
 
Très peu de temps après, plusieurs personnes s’installèrent à ses coté, hommes et femmes. Il passa ses bras autour des épaules de deux d’entre eux, tandis que le reste se trouvait derrière lui, débout, ou assis à ses pieds.
 
Femme 1: Si je pensais qu’un jour notre Roi nous ferait l’honneur de venir ici…
Homme 1: Laissez nous prendre soin de vous…
Homme 2 : Oubliez tous vas tracas…
Femme 2 : Et détendez-vous…
Homme 3 : Vous n’auriez rien à payer…
Femme 3 : Car nous savons que vous nous satisferez pleinement…
Ryuki : Pas besoin de me le dire deux fois…
Raytöku, faisant à moitié la tête, se racle bruyamment la gorge.
Ryuki, après un soupire : Que se passe t-il Gamin ? On est jaloux ? Tu veux jouer aussi ?
Raytöku, d’un ton sec : Je ne vois pas de quoi vous voulez parler…
Ryuki, a sa compagnie : Si vous voulez bien patienter deux secondes.
 
Sans se lever, le Combattant étendit son bras et attrapa le Cyborg par le T-shirt et l’attira à lui. Ce dernier se mit à califourchon sur les genoux de son maître, tandis qu’il l’embrassait avec fougue. C’est alors que des cris retentirent dans la ville, et la porte de la maison close s’ouvrit dans un fracas. Dans l’embrasure apparut alors une silhouette masculine, vêtue d’une longue toge à capuche rouge, où l’on pouvait discerné les contours de diverses trace de sang. Il portait une ceinture à la taille tandis qu’un masque recouvrait son visage. Ses décorations un peu plus riches permirent à Ryuki de savoir exactement de qui il s’agissait…
 
Valhem : Au nom de notre Sacro Sainte Impératrice, vous êtes en état d'arrestation !
Ryuki, voulant faire de l'humour : Ah bon ? J'étais sûr qu'elle avait de sacrés seins !
 
L’Inquisiteur entra dans une colère noire, et en serrant le poing il se jeta sur le Combattant lui assenant un violent coup de poing au visage, qui lui laisserai sans doute une belle marque… Malgré la douleur, le Roi rit à gorge déployée. Tous ces mecs des églises, ils sont tellement faciles à les faire sortir de leur gond ! C’était un de ses grands jeux, même s’il se prenait des coups après. Il y avait juste Melky qu’il n’avait pas encore trouvé la faille… Ca viendra un jour.
 
Devant cette agression, Raytöku se remit immédiatement debout et en garde devant le trouble fête. Le Combattant se redressa et attrapa le bras de son amant, lui intimant de ne rien faire, et leva le bras pour le dire à tous ses sbires :
 
Ryuki : Calme les gars, on est bien. Mais … Valhem c'est ça ? Qu'est ce que j'ai fais pour que votre Vier...euh...votre Reine me veule ? (Ne résistant pas à faire sa blague) Elle veut savoir ce que c'est que le plaisir ? Tu me diras, avec tous vos joujoux électriques, elle ne doit pas s'ennuyer ? A moins que ce sois toi son jouet ? Non… Tu ne serais pas aussi tendu… Dire que tu n’as même pas pu la goûter… Je te plains, sincèrement. Tu sais, un peu de sexe ne te ferait pas de mal. Je suis moi-même plutôt doué dans ce-
Valhem, furieux, bouillonnant de colère, interrompant le Pêcheur : Enfermez le ! Et tuez tous ses impurs sodomites !
 
Les droïdes se mirent en marchent et se dirigèrent vers le Roi déchu. Ils durent se mettre à plusieurs pour le plaquer aux sols et le menotter les poignets dans le dos.
 
Valhem, le regardant de haut : Qu’est-ce que ça fait d’être enchaîné comme l’animal que tu es ?
Ryuki, se faisant relever : Ce n’est pas aussi déplaisant que tu pourrais le penser… -avec une voix perverse- Si tu savais tout ce que l’on peut faire avec… Je peux même te les enseign-
 
Il reçut un violent coup de poing dans le ventre avant d’avoir put finir sa phrase de la part de l’acolyte d’Yvalia. Ryuki fut alors prit d’une violente toux, tandis que le fidèle servent de la Despote lui dit, d’une voix emplis de haine :
 
Valhem : Sale Hérétique ! Je t’offrirais moi-même la mort. Mais avant, je te ferais me supplier de t’achever tellement je te ferai souffrir.
Ryuki, continuant de sourire : Vraiment ? Moi je te ferai me supplier de continuer tandis que tu subiras mille plaisirs quand je…. Hoummmfffrr !
 
Ne pouvant plus des répliques du satyre, l’Inquisiteur le bâillonna lui fourrant un mouchoir en papier dans la bouche. Tandis que les cris des habitants retentissaient dans toute la cité, se faisant tuer sans vergogne par les robots écoutant l’ordre de Valhem, Ryuki fut conduit dans la prison de la ville. Lui et son bras droit furent les deux seul prisonnier fait de la cité… Ils étaient après tout les seuls encore en vie… Ils furent jetés dans deux cellules distinctes tout en étant encore enchaîné…
 
On ne prit pas la peine de leur apporter de quoi manger le soir, un seul repas pour eux devrait suffire pas besoin de plus… La geôle était gardée par une bonne dizaine de robot froid, ne leur adressant aucunement la parole. Le duo se faisait même punir s’il tentait de communiquer entre eux. Cependant, cette solitude fut troublée la veille de l’arrivée de Melkhiel, en effet, Valhem, portant toujours cette tenue énigmatique se rendit auprès de Ryuki. Il pénétra même dans sa geôle. Après tout, le Combattant était affaiblit, et attaché, que pouvait-il lui arriver ?
 
Valhem : Voici à quoi est réduit celui qui s’épanchait dans tous les vices du monde. Tu as un beau bleu en tout cas.
Ryuki : Ne m’enterre pas trop vite. Je ne suis pas encore mort.
Valhem : Ca ne saurait tarder… J’aimerai beaucoup que l’on me confit la tâche de t’occire…
Ryuki : Prend un ticket… T’es pas le seul.
 
Un petit rire se fit entendre derrière le masque froid, métallique et sans expression de l’Inquisiteur. Le Combattant en profita pour se remettre debout, en s’aidant du mur et fit face à cet homme.
 
Valhem : Ta situation précaire ne t’a pas enlevé ton sens de l’humour.
Ryuki : Je devrais t’en prêter un peu, car tu en manques sérieusement.
Valhem : Je ne veux rien qui vienne d’un animal comme toi !
Ryuki : Comme tu veux… Que fais-tu là dans ce cas Valhem ?
Valhem : Vu que tu vas bientôt mourir, dans mon infini bonté, je viens voir si tu as des dernières volontés.
Ryuki : Voir le joli minois derrière ce masque. Pourquoi ? Tu me prends en pitié ? Tu veux les réaliser ?
Valhem : Justement, c’est plutôt pour te retirer ce qu’il te reste.
Ryuki : Tu es la gentillesse incarnée. Je suppose donc que c’est foutu pour voir ton visage ?
Valhem : Un être si inférieur n’a pas à le connaître !
Ryuki : Oh… Tu me peines… Mais pourquoi ? C’est comme les femmes dans les Chevalier du Zodiaque ? Si je le vois je dois t’épouser ?
Valhem, dépité : Quelle culture…
Ryuki : Que veux-tu, tu vas devoir faire avec… Mais parfois il faut forcer le destin !
 
Le Roi de Wonderland se rapprocha doucement de l’Inquisiteur, et réussi à le prendre par surprise. Il lui assena un coup de pied au visage, faisant tombé et la capuche et le masque. Cependant, les poings liés Ryuki retomba lourdement au sol, mais il était fière de lui, ayant réussi son coup. Un rayon lumineux éclaira le visage de Valhem, il s’agissait d’un homme aux traits fin mais virile, aux cheveux noir mi-long, et au regard saphir… Enfin c'est ce qu'il lui semblait. Cependant, lorsqu'il le vit de face, il remarqua une longue balafre zébrant le coté gauche de sont visage. Elle passait par son oeil, qui lui donnait une couleur rubis. Quel regard vairon désarçonnant... Ainsi, voilà à quoi il ressemblait ! Il était bien foutu! Est-ce que le reste du corps ce fait? Il oui, ce devait être un étalon! Que pouvait-il donner au lit? Fou de colère, l’acolyte se retourna vers le Combattant, et lui donna plusieurs coups de pied tandis qu’il était au sol. Le brun cracha alors de sang, tandis que l’Inquisiteur s’accroupit vers lui, lui agrippant violemment les cheveux, le forçant à le regarder. Ses yeux améthyste rencontrèrent ceux de Valhem, où brûlaient une haine et une colère sans borne :
 
Ryuki, souriant malgré la douleur : Merci pour mes dernières volontés… Dis moi, qui ta fait cette vilaine cicatrice?
Valhem : Pauvre enfoiré… Salle engeance du Démon… Je te ferais regretter d’être venu sur terre.
Ryuki : J’attends de voir ça.
 
Pour clore la conversation, l’homme repoussa violemment le Combattant, repris son masque et partit refermant soigneusement la porte de la cellule derrière lui.
 
Ryuki : Tout le plaisir fut pour moi !
 
Le Brun gigota et réussi à se mettre en position assise, et commença à méditer pour soigner ses blessures. La douleur le tenaillait, sans doute que ses organes internes avaient subi de lourds dégâts… Il plongea dans un sommeil réparateur dont on l’extirpa qu’au petit matin. En effet la flotte de Melkhiel venait tout juste d’arriver au port de la cité, qui était maintenant que ruine et cendre dispersé au quatre vents. Ce fut un autre inquisiteur qui vint chercher le duo, et qui les emmena sur le point de rendez-vous avec le Séraphin. Ce dernier était vêtu d’une armure semblant tout droit sortit d’un autre temps… Il pensait vraiment que ça allait le protéger des balles ? Naïf… Il faudrait vraiment refaire toute son éducation…
 
Dans tous les cas, c’est lors de cette rencontre que les véritables intentions de la dirigeante de Dorkestein furent plus ou moins dévoilées. Finalement, ce qui l’intéressait n’était non pas Wonderland tel quel, bien que sa destruction soit une sorte de bonus, mais bien le Roi du Royaume des Sages. Eh bien… Quel tombeur ! Il se fait ravir par toutes les femmes ! Sauf Ora… Mais elle c’est une exception… Dans tous les cas, Melkhiel accepta de suivre le convoi des Inquisiteurs si ces derniers redonnaient toutes les terres de Wonderland à Ryuki. Il n’allait quand même pas se sacrifier ? Ah bah si… Il n’écouta pas un traître mot de la conversation qui suivit. A un moment ça a parlé de poucentage… Les trois dirigeants/représentants des nations signèrent alors un traité de paix sur la tablette de l’Inquisition. D’ailleurs, devant tant de technologie, le Bon se trouvait complètement désarmé :
 
Ryuki : Il te manque du doigté à ce que je vois mon Roi… Manque d’expérience, je m’en doute… Je t’apprendrais promis.
Melkhiel : Ce n’est pas le moment, Sir Ryuki…
Ryuki : Ce n’est jamais le moment avec toi…
 
Le Séraphin, sans opposer la moindre résistance, se plaça aux cotés des Inquisiteurs, résigné à se rendre à Dorkenstein, et sans doute pas pour y passer des vacances… Après tout, il allait au siège des personnes qui voulait la mort des créatures magique, entre autre… Tandis que d’un coté, on faisait monter Melky dans un véhicule, un membre de l’Ordre raccompagna le Combattant jusque dans la prison. Un seul garde ? On le prend pour qui ? Ce Valhem le sous-estimait. Cela le blessait mais l’arrangeait aussi. Ayant enfin retrouvé toutes ses capacités, il fit une feinte au Soldat, qui était humain. Avec un peu de souplesse, il réussi à faire passer ses bras devant lui, se glissa derrière son tortionnaire et lui brisa net la nuque. Il chercha sur son cadavre les clés de ses menottes, et les trouva sans grand problème.


Il se libéra, et se vêtit des vêtement de l’Inquisiteur : la « Robe », le masque, etc… Ce n’était pas vraiment son style, mais il ferait avec. Rapidement, il entra dans les geôles et libéra Raytöku, et lui ordonna de rester sur les terres libres et de continuer la résistance. Une fois cela fait, il se dirigea vers le convoi qui allait rejoindre Weimar, Capitale de Dorkenstein. Pourquoi il faisait ça ? Déjà parce que c’était SON Melkhiel ! Son souffre douleur. Et pas question qu’Yvalia le lui prenne. Et aussi, il était intrigué par ce Valhem… Il voulait en savoir plus sur lui…


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Ven 8 Avr - 22:03
Après une bonne dizaine d’heure de navigation, la flotte du Royaume des Sages arrivèrent finalement sur les berges des terres libres de Wonderland. D’après le mot de Ryuki, c’est ici que devait se trouver le centre des opérations, le lieu du nouveau conseil de guerre. Cependant, et ce depuis plusieurs heures, une fumées noire s’élevait de ses lieux. Il avait dû se passer quelque chose là-bas ! Cela signait-il la fin de la Nation des plaisirs ? Serait-ils arrivés trop tard ? C’est en arrimant que le Séraphin eut la réponse à sa question. Il descendit en premier du navire principal, avec à ces coté, Iriel, se tenant prêt de lui, et Rose, qui tenait à ne pas le lâcher d’une semelle.
 
Devant lui se présenta un paysage désolé. Les bâtiments étaient en ruine, plusieurs feus étaient allumés, où on brûlait les cadavre, produisant une odeur nauséabonde. Un paysage de guerre… Lui qui aurait tant voulu ne pas en revoir de nouveau se trouvait confronté à la barbarie de deux nations. Et pour quoi ? Pour un lopin de terre ? Comme c’était triste… Au loin, on entendait les pleurs d’un enfant, qui se stoppèrent brutalement…
 
Alors, toute une délégation en vêtement ample et de couleur sombre s’approcha d’eux, sans doute des citoyens de Dorkenstein. Il ne pouvait voir leur visage, ceux-ci étant recouvert par un masque arborant une expression neutre. Seuls leurs yeux froids, emplis de dégoût étaient visibles. Un d’entre eux, possédant lui aussi un regard vairon, qui semblait être leur chef s’approcha du Haut-Elfe, tirant derrière lui Ryuki, enchaîner… Ce dernier semblait bien se porter, enfin, aussi bien que faire se peut. Alors, une voix masculine sortie de derrière le masque du commandant de la troupe :
 
???, avec dégoût : Que d'impure créature ! La nausée me prend.
 
Devant ces paroles, il y eut diverses réactions. Melkhiel prit une expression sévère, Iriel et Rose posèrent leur main sur la garde de leur arme. Devant cela, le Roi, ayant remarqué que ces hommes n’étaient pas armés, ou tout du moins pas au premier coup d’oeil, leva la main pour interdire tout contre attaque. Pour éviter un surplus de sang versé, le Bon fit un pas en avant et entreprit de parler. La diplomatie était son fort et pouvait permettre d’éviter des batailles futiles. D’une vois ferme, il prit la parole :
 
Melhkiel : Qui étes vous ?
Valhem : Je me présente, je suis Valhem, Page de sa Majesté la Sainte Impératrice Yvalia.
Melhkiel : Pourrais-je savoir les raisons pour lesquelles Dorkenstein s'en prend à Wonderland ?
Valhem : Pour le savoir, il va falloir nous suivre, immonde créature !
Iriel, commençant à dégainer son arme: Alors ça jamais !
Rose, faisant de même : Comment osez vous parler de la sorte à notre Roi ?
Valhem : Je n’ai pas d’ordre à recevoir de créature déchu et emplis de péché que vous êtes !
Melhkiel, s’adressant à ses compagnons : Calmez vous je vous pris. Les esprits se sont déjà suffisamment échauffés. Et vous, Valhem. Que vous m’insultiez, passe encore. Mais je vous interdis de vous en prendre à mon peuple sans raison valable.
Valhem, avec un petit rire : Tu vois, pendant que nous discutons, notre armée droïde procède à l'extermination des habitants de Wonderland, *regardant sa tablette informatique* notre système nous indique, que 8% de la population à déjà été exterminé. Et nous continuerons tant que tu ne nous suivras pas, Déchu. Tu peux toujours faire demi tour, mais dans ce cas je crains qu’à ton retour il n'y ait plus personne pour t'accueillir. Ou bien tu nous suis et on arrête la purification.
Melhkiel : Purification ? Purification ? Mais c'est une boucherie, pourquoi tout cela ? En quoi le fait de souiller la terre, la création du Très-haut, permet la purification ! Vous ne faites que progresser la corruption !
Valhem : Pourquoi ? Car se sont les ordres de la Sainte Inquisitrice ! Et sache qu’elle n’a pas de conseil à recevoir d’une abomination tel que toi !
 
            Visiblement, cet homme est un fanatique. Ses dogmes étaient imprimés en son esprit, et sans doute aussi sur son âme. Melkhiel avait déjà eut affaire à de tel personne, au sein même de son église… Il est difficile, voir même impossible de les raisonner par la parole. Ou alors il fallait beaucoup de temps, chose que le Séraphin n’avait pas. Pendant qu’il réfléchissait des centaines, voire même des milliers d’innocents se faisait tuer tandis qu’il se cloîtrait dans le silence. D’après les dire de Valhem, Yvalia semblait le vouloir, et lui uniquement. Cependant, il fut peiné de la manière dont la despote avait voulu l’attiré dans son piège, et surtout que cela ait coûté la vie de tant de gens…
 
            Toutefois, il comptait négocier avec cet Inquisiteur. C’était peut-être risqué, mais c’était la seule idée qui lui vint à l’esprit. S’il voulait qu’il vienne avec lui, il allait devoir y avoir une contre partie.
 
Melhkiel : J'accepte de venir avec vous mais en échange, je souhaite le retrait immédiat de vos forces armées !
Iriel : Mais vous n'êtes pas sérieux mon Roi ?
Rose : Rien ne vous oblige à fait ça !
Melhkiel : Il suffit, ma décision est prise.
Iriel : Mais …. (le regard autoritaire du séraphin stoppa les protestation de son garde).
Valhem : Que de bonnes nouvelles, sa majesté sera ravie !
Rose : Je vous en pris, reconsidérez vos propos !
Melkhiel : Rien ne pourra me faire revenir sur ma décision. Cependant, vous pouvez comprendre que votre parole, celle d’un homme ne respectant pas les règles de guerre, ne me suffit pas, je veux une preuve, un traité de paix.
Valhem : J’allais vous le proposer. Vous pouvez comprendre que votre parole, celle d’une créature maudite ne méritant aucune miséricorde, ne me suffit pas.
Melkhiel, agacé par ces appellations : Qu’il en soit ainsi. Une fois signé je devrait rédiger une lettre.
Valhem : Faites donc ! Mais dépêchez-vous le temps passe… Et la vie de ces chiens disparaît.
 
            Le temps était contre lui, il était vrai… Tandis que Valhem rédigeait son traité sur cet écran plat… ? Que Melkhiel ne reconnaissait pas, il commença à rédiger sa lettre pour Alanel. Plusieurs idées lui venaient en tête. Déjà, il ne savait pas s’il reviendrait en vie de Dorkenstein, et n’ayant ni femme ni enfant pour lui succédé, il fit en quelque sorte son testament. Il pria Alanel de prendre les rennes du Royaume durant un moment. Il serait le plus à même de guidé le Pays dans la bonne direction, et surtout il suivrait les précepte qui était ceux de la famille Inil. Au début, il avait compté donner le pouvoir à Enael, cependant, son jeune âge, son inexpérience, son impulsivité ne lui permettrait pas de gouverner correctement. Il pria quand même son conseiller de le garder au Palais tout comme Orimiade et de garder un œil sur lui… Tandis qu’il écrivait ses mots, il avait aussi à faire face à Iriel et Rose qui était contre sa décision.
 
Iriel : Votre Altesse… Je vous en pris, changez de position.
Ryuki, se marrant à moitié, bailloné : En connè lein oi !
Valhem : On t’a pas sonné !
Melkhiel : Il est hors de question que je me ravise.
Rose : Mais pourquoi ? Nous sommes là pour vous protéger ! Vous avez votre armée !
Iriel : Nous pouvons reconquérir Wonderland.
Melkhiel : Mais à quel prix ? Combien de nos hommes vont mourir alors que le fait que je me rende suffise ?
Rose : On est même pas sûr qu’ils vont respecter leur parole !
Melkhiel : C’est la meilleure option que nous avons…
Rose : De quoi ? Vous livrez à l’ennemi ? Pourquoi ?
Melkhiel : Moi contre la vie de milliers voire de millions de personnes… C’est raisonnable pour moi. Le choix n’est pas cornélien.
Iriel : Mais vous êtes Roi !
Melkhiel : Ce n’est pas pour autant que je suis au dessus des autres. Ma vie a le même prix que la tienne où que celle de Ryuki. Je suis prêt à ce sacrifice.
Rose : Mais vous pensez à ceux que vous laissez derrière vous ?!
Melkhiel : Je pense à toutes les familles de mes soldats…
Rose : Et la votre ? Si vous me dites que vous n’en n’avez pas, je ne réponds plus de moi !
Melkhiel, balbutiant : Je…
Iriel : J’ai une idée. Vous savez que je suis un Incube, et de par ce fait, je peux prendre l’apparence de qui je veux, même la votre Sir. Si vous me le permettez, je prendrais votre place.
Melkhiel : Non. C’est trop dangereux. Si on remarque qui tu es réellement, ils te tueront !
Iriel : J’ai promis de donner ma vie pour vous !
Melkhiel : Ne soit pas si aveugle. Tu as le droit à la vie aussi !
Iriel : Vous aussi.
Valhem : Tic… Tac… Tic… Tac… Combien de personnes sont mortes durant votre discussion ? *Bip* A tiens, nous venons de passer à 9%.
Melkhiel : Votre traité est prêt ?
Valhem : Depuis longtemps.
Melkhiel : Parfait, signons le.
 
            Le Séraphin prit une plume, celle avec laquelle il avait écrit sa lettre, pour signer un quelconque papier… En voyant cela, l’Inquisiteur ne put s’empêcher de s’esclaffer de rire. Devant le regard interrogateur du Haut-Elfe, il appliqua son doigt sur l’écran, et le tandis à Ryuki qui fit de même. Lorsque la tablette vint à lui, il la retourna dans tous les sens, se demandant comment utilisé ce drôle d’objet…
 
Ryuki : Il te manque du doigté à ce que je vois mon Roi… Manque d’expérience, je m’en doute… Je t’apprendrais promis.
Melkhiel : Ce n’est pas le moment, Sir Ryuki…
Ryuki : Ce n’est jamais le moment avec toi…
 
            Finalement, il se décida à faire comme ses confères et apposa son index sur la surface lisse. L’empreinte de son doigt resta, et Valhem reprit vivement son bien.
 
Valhem : Parfait ! Montres moi tes poignets.
Melkhiel : Pourquoi donc ?
Valhem : Tu ne pensais tout de même pas que tu resterais libre ?
Melkhiel : Est-ce indispensable ?
Valhem : Je ne te fais pas confiance, Déchu. Vos couardises ont eu raison de nombre de membres de nos membres.
Iriel : Son Altesse n’est pas comme ça !
Valhem : Un Suppôt du Diable usera des plus viles ruses, peu importe son rang.
Rose : Enfoiré…
Melkhiel : Il suffit ! Finissons cela au plus vite.
Valhem : Je n’aurais pas dit mieux !
 
            Le Séraphin fit un pas de plus vers l’Inquisiteur et lui tendit les mains, paumes vers le haut. De larges menottes de fer vinrent le restreindre. Tandis qu’il faisait ça, il senti de nouvelles entraves se refermer sur ses ailes délicates et sensibles.
 
Melkhiel : Qu’est-ce que…?
Valhem : Il ne faudrait pas que vous nous quittiez par les ailes.
Melkhiel : Et bien soit…
 
           D’autres attaches furent placées à ses pieds et même à son cou. Ainsi parée, il lui était impossible de fuir, et même d’effectuer le moindre geste de grande ampleur. Alors, un van s’arrêta devant lui. Valhem ouvrit les portes arrière, dévoilant un coffre sans confort :
 
 Valhem, ironiquement : Si votre grandeur veut bien se donner la peine d’entrer…
 
            Sans dire mot, le Séraphin monta à l’arrière, et il se vit enchaîner de nouveau au coin du véhicule. Devant lui, se tenait Iriel et Rose, qui lui jetaient des regards désolés. Pour tenter de les réconforter il leur offrit un sourire doux et serein. Alors, les portes se refermèrent le laissant dans le noir. Peu de temps après, l’auto se mit en route, et roula durant des heures, et des heures durant. Le Haut-Elfe resta dans le noir durant tout ce temps, se faisant ballotter dans tous les sens. Ses entraves étant un peu serrées, lors d’un brusque changement de direction, elles le firent saigner aux poignets et aux ailes, tandis qu’il manqua à plusieurs reprises de s’étrangler avec le collier qu’il portait. Durant le trajet, Melkhiel remarqua une aura qui lui était familière… Iriel n’aurait pas passé outre son ordre et ne se serait pas infiltré chez l’ennemi ? Non, ce n’était pas l’aura d’un Tentateur… Il s’agissait de celle d’un humain… Ryuki ? Que faisait-il ici ?! Ne devrait-il pas être avec ses hommes, pour reconstruire son pays ?
 
            Perdu dans ses pensées, il refit surface lorsque le van se stoppa. Ils étaient enfin arrivés ? Peut-être… Et enfin, ses membres le faisait souffre… Mais une intuition lui disait que cela n’était que le début pour lui. Les portes s’ouvrir brusquement, le faisant plisser les yeux devant cette nouvelle luminosité. Cette fois, ce ne fut pas Valhem qui le détacha, mais d’autre membre de l’ordre. Cependant, il n’y avait pas Ryuki dans le lot non plus… On le détacha et le fit sortir. Alors, Melkhiel vit enfin Weimar… Il s’agissait d’une ville moderne, bien plus qu’Asmoran en tout cas. Tout était robotisé, gris, froid, sans vie et sans âme… Déjà qu’il se sentait mal à l’aise à Wonderland, mais ici, ce fut bien pire… Tout était propre, nickel, tant dans la propreté que dans l’air… Il n’y avait pas ces miasmes de luxure. Mais il y avait une sorte de menace bien réelle. Comme une épée de Damoclès sur sa propre tête…
 
            Alors qu’il observait le paysage, un de ses tortionnaires, tira violemment sur les chaînes. A un tel point que cela déstabilisa le Roi, et le fit tomber…
 
Inquisiteur 1 : Créature impie, tu n’es pas ici pour faire du tourisme !
Inquisiteur 2 : Eh bien alors ? On ne sait plus tenir debout ? A moins que tu n’ais trop peur de la mort et qui tu demandes pitié ?
Inquisiteur 1 : Cependant, ce n’est pas avec une telle ruse que tu t’en sortiras !
 
            Alors que le Séraphin se relevait péniblement, l’un d’eux attrapa à pleine main sa chevelure blonde et le traîna sur tout un bout de chemin.
 
Melkhiel : Lâchez-moi. Je peux très bien marcher !
 
            L’inconnu le lâcha enfin, lui laissant juste le temps suffisant pour qu’il se remette debout avant de, de nouveau tirer sur la chaîne comme on le ferait à un animal qui avance trop lentement. C’est ainsi que le trio passa devant une immense cathédrale pouvant aisément rivalisé avec celle de Thyrael. Ils entrèrent par une porte dérobée, et descendirent de long escalier. Combien d’étages ils passèrent ? Le Séraphin n’en savait rien du tout… Finalement, ils arrivèrent devant une cellule équipée d’un digicode. L’un des hommes l’ouvrit, tandis que l’autre poussa sans ménagement le Haut Elfe dans la pièce exigu. Les deux Inquisiteurs scellèrent l’être ailé aux murs de la geôle. Ses ailes était plaquer contre la cloison, ses et ses jambe se rejoignait au sol, l’obligeant à être dans une posture agenouillée.
 
            Les deux membres de l’église le laissèrent seul dans cet endroit froid, humide, et sombre. Le Souverain se perdit à nouveau dans ses pensées, réfléchissant à Yvalia, Dorkenstein et surtout la raison de le vouloir ici. Soudain, il entendit au loin le claquement régulier. « Clac »… « Clac »… « Clac »… « Clac »… Ce bruit était reconnaissable entre tous, il s’agissait du son reconnaissable d’une marche rapide d’une personne portant des talons. Tandis que cela se rapprochait, les lumières s’allumèrent au fur et a mesure. Soudain, Elle se présenta devant lui. Cette femme qui contrôlait tout le Royaume de Dorkenstein. Bien qu’elle n’ait encore pas dit son nom, sa prestance, sa tenue et sa présence parlaient pour elle. Melkhiel releva la tête et la vit. Il s’agissait d’une femme grande à la base, mais encore plus grâce à ses chaussures. Elle avant les cheveux ébènes, relié en un chignon stricte. Ses yeux saphir transpercèrent le Séraphin, tandis que son visage, aux traits délicats, était figé en une absence d’expression… Elle était vêtue d’une robe riche, au décolleté plongeant et au plume noir ornant le col… Le Haut-Elfe ne s’intéressa nullement à sa tenue, n’étant pas porté sur cela. Après tout, il était lui aussi était un membre d’une église :
 
Yvalia : Voici le visage du roi des déchus, ignoble créature..
Melkhiel : Vous êtes donc cette fameuse Dame Yvalia ?
Yvalia : Je ne t’ai pas permis de poser ton regard sur moi, vile créature !
Melkhiel : Nous sommes du même rang… Moi aussi je-
Yvalia : Tu me compare, moi la Grande Inquisitrice à toi, le Roi des damné ?!
Melkhiel : Pour qui me prenez vous ? Je ne comprends rien à ce que vous dites…
Yvalia : Je ne m’attentais pas à ce que tu me comprennes mes plans…
 
            Melkhiel était complètement perdu. Que lui voulait-elle ? De plus, le fait qu’elle ne semblait ressentir aucune émotion le troubla énormément… La Despote déverrouilla la cellule, et entra, avant de la refermer derrière elle. Elle se plaça devant le Roi, plaçant son éventail d’or, refermé, sous le menton de celui-ci. Le Haut-Elfe remarqua la matière dont était composé cette arme.
 
Melkhiel : Il s’agit d’écaille de… Dragon d’Or ?
Yvalia : Bien joué…
Melkhiel : C’est… C’est donc vous qui êtes venu… Il y a plusieurs années ?
Yvalia : Terminez donc vos phrases… Et oui, c’est bien moi qui suis venu sur vos terres impies et ait débarrassé ce monde de cette créature infernale !
Melkhiel : Vous n’y êtes pas du tout ! Sa mort a provoqué un grave conflit ! Elle a déséquilibré tous les entourages ! Elle a causé la mort de nombre de mes concitoyens !
Yvalia : Je m’en félicite dans ce cas.
Melkhiel : Qu’avez-vous donc contre nous ? Pourquoi m’avoir fait venir ici ? Pourquoi moi ?
Yvalia : Ne faîtes pas l’innocent ! Vous, être ailé, avez été corrompu par vote arrogance ! Vous vous pensiez supérieur à Dieu, et avez volé Son pouvoir ! Comme punition, vous avec été banni des Cieux, pour vous retrouver coincé sur ces terres. Vous usez de pouvoir qui vous exhorte et qui ne sont pas les vôtres ! Notre ordre sacré a reçut la mission divine d’exterminer tous ceux qui ont volé la flamme divine. Et tu en es le Roi. Vous pervertissez les hommes, exploitant les ténèbres en leur cœur !
Melkhiel : Vous vous trompez complètement sur mon compte et celui de mon Royaume ! Les Terres des Sages est un lieu de paix, de sagesse, et de pardon. Il s’agit d’une terre d’accueil où tous peuvent trouver la rédemption.
Yvalia : Tu oses t’octroyer le pouvoir du pardon ?! Misérable !  La diplomatie n'a jamais été mon fort. Comme tu as pu le constater, l'or est ma couleur préférée et je vois que le bout de vos ailes y ressemble à s'y méprendre...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Sam 9 Avr - 20:13
Ce soir là, il pleuvait à Weimar, les pluies acides déferlaient sur la capital d'acier. Ce qui n’empêchait pas une activité intense au sein de la ville. Au centre de celle ci, la somptueuse Cathédrale Valia, brillant de mille éclats, le bâtiment et ses magnifiques jardin (seul lieu de végétation de Weimar) étaient surplombés par un immense dôme électro magnétique, qui protégeait le siège de l'inquisition, de toutes attaque qui pourrait subvenir, et qui empêchait la pollution de la capital de nuire au petit paradis que l'Impératrice avait érigé à sa gloire et son autorité.
En effet, sous le dôme, tout n'était que splendeur et émerveillement. De magnifique bosquet entouraient l'édifice, accompagné par de nombreuses fontaines et bassins ou vivaient plusieurs espèces de poissons. Il y avait également plein d'autres espèces, qui étaient grâce au bouclier électro magnétique protégé de la pluie acide. Pour ce qui était de la cathédrale, aucun mots ne suffisaient pour décrire le monument, on avait l'impression que toutes les richesses de Dorkenstein avait était réuni pour sa construction.
 
Dans une impressionnante salle de marbre blanc, décoré dans le style le plus baroque qu'il puisse t être, où, en son centre avait été édifié une monumental statut fontaine qui commençait à partir de son buste. Cette statut représentait une femme voilée, la tête baissée qui pleurait dans ses mains. Ainsi des torrents d'eaux tombaient depuis ses yeux, dans ses mains, se joignant en une cascade unique.
Et c'est sous cette cascade, que se trouvait Yvalia, assit dans une position méditative, elle était entièrement nue, ces cheveux noirs détachés. L'eau glacée de la statue, perlant sur son corps. La Sainte était au plus profond de sa méditation, jusqu'au moment ou elle sentie une aura, se qui la sortie de sa trans.
A ce moment une voix se fit entendre dans la salle depuis les hauts parleurs :
 
Avie : Le sujet de.... .
 
L'Inquisitrice ne laissa pas l'IA terminé sa phrase.
 
Yvalia : Je sais Avie ! L'impure est entre nos murs.
 
La jeune femme qui était toujours assit sous la cascade, releva légèrement la tête, puis les paupières, et un léger rictus se dessina sur son visage. Ce qui était assez rare pour être souligné. Alors elle se leva, sortie de la salle, un droïde la précédent, lui donnant une serviette pour qu'elle puisse s'essuyer, puis un autre droïde se présentât devant elle, lui proposant une magnifique robe pour son future entretient. Une fois habillé, l'Infante du mal, fini par accrocher ses sublimes cheveux avec sa précieuse broche.
 
Yvalia : Le temps, est venu !
 
La dictatrice, enveloppé dans son plus bel apparat, se mis en route pour les geôles de la cathédrale. Son pas pressant fessait écho dans tous les couloirs. À son passage aussi bien les inquisiteurs que les droïdes s'inclinèrent devant elle. Longeant le couloir la despote arriva enfin devant la prison ou y était entreposé son nouveau jouet.
 
Dernière les barreaux, se trouvait une créature, qui semblait déjà, bien faible, ce qui l'intrigua c’était les yeux de sa proie, qui était dualiste comme ceux de son Page, cependant, ce regard était un héritage de naissance alors que pour Valhem ce n'était pas le cas.
 
Yvalia : Voici le visage du roi des déchus, ignoble créature..
Melkhiel : Vous êtes donc cette fameuse Dame Yvalia ?
Yvalia : Je ne t’ai pas permis de poser ton regard sur moi, vile créature !
Melkhiel : Nous sommes du même rang… Moi aussi je-
Yvalia : Tu me compare, moi la Grande Inquisitrice à toi, le Roi des damné ?!
Melkhiel : Pour qui me prenez vous ? Je ne comprends rien à ce que vous dites…
Yvalia : Je ne m’attentais pas à ce que tu me comprennes…
 
La tortionnaire déverrouilla la cellule, et entra, avant de la refermer derrière elle. Elle se plaça devant le Roi, plaçant son éventail d’or, refermé, sous le menton de celui-ci. Le Haut-Elfe remarqua la matière dont était composé cette arme.
 
Melkhiel : Il s’agit d’écaille de… Dragon d’Or ?
Yvalia : Bien joué…
Melkhiel : C’est… C’est donc vous qui êtes venu… Il y a plusieurs années ?
Yvalia : Terminez donc vos phrases… Et oui, c’est bien moi qui suis venu sur vos terres impies et ait débarrassé ce monde de cette créature infernale !
Melkhiel : Vous n’y êtes pas du tout ! Sa mort a provoqué un grave conflit ! Elle a déséquilibré tous les entourages ! Elle a causé la mort de nombre de mes concitoyens !
Yvalia : Je m’en félicite dans ce cas.
Melkhiel : Qu’avez-vous donc contre nous ? Pourquoi m’avoir fait venir ici ? Pourquoi moi ?
Yvalia : Ne faîtes pas l’innocent ! Vous, être ailé, avez été corrompu par votre arrogance ! Vous vous pensiez supérieur à Dieu, et avez volé Son pouvoir ! Comme punition, vous avec été banni des Cieux, pour vous retrouver coincé sur ces terres. Vous usez de pouvoir qui vous exhorte et qui ne sont pas les vôtres ! Notre ordre sacré a reçut la mission divine d’exterminer tous ceux qui ont volé la flamme divine. Et tu en es le Roi. Vous pervertissez les hommes, exploitant les ténèbres en leur cœur !
Melkhiel : Vous vous trompez complètement sur mon compte et celui de mon Royaume ! Les Terres des Sages est un lieu de paix, de sagesse, et de pardon. Il s’agit d’une terre d’accueil où tous peuvent trouver la rédemption.
Yvalia : Tu oses t’octroyer le pouvoir du pardon ?! Misérable !  La diplomatie n'a jamais été mon fort. Comme tu as pu le constater, l'or est ma couleur préférée et je vois que le bout de vos ailes y ressemble à s'y méprendre...
 
La geôlière, passa alors derrière le séraphin et commença à lui arracher ses plumes une, par une.
 
Yvalia : Je me demande combien de plumes il me faudra pour me faire une nouvelle paire d’éventail ? … ? Dans le doute … il vaut mieux en prendre trop que pas assez.
Melkhiel, souffrant le martyr : Qu’attendez vous de moi ? Ne me dites pas que vous avez commis tant de crimes, juste pour vous faire des éventails avec mes plumes.
Yvalia : Dragon, ange, fée, licorne, et j'en passe, j'en ais tué tellement ! Si bien, qu'avant que je ne devienne Grande Inquisitrice, on me surnommais la « chasseresse », j'ai donc, au fil des années, collectionné de nombreux trophées durement mérité. Alors ne vous étonnez pas si je souhaite un petit souvenir de notre entretien.
 
A cet instant, un droïde tenant entre ses mains un coussin sur lequel reposait une seringue, se présenta devant sa maîtresse.
 
Droïde : Voici votre commande, votre sainteté.
 
Yvalia tendit le bras de l'autre coté de la prison et prit la seringue, ordonnant au droïde de partir, et demandant à se qu'elle ne soit en rien dérangé.
 
Melkhiel, intrigué : Qu'est ce ?
Yvalia : Oh cela, c'est du venin de dragon mirage. Une drogue assez puissante pour délier toutes les langues. Bon, il est vrai qu'elle à quelques effets secondaires, enfin vous le verré par vous même !
Telle une infirmière expérimentée, l'inquisitrice planta la seringue dans l'épaule de la créature et lui injecta toute la dose.
 
Yvalia : Avez vous quelque chose a ajouter pendant que vous êtes encore sain d'esprit, enfin si on peut dire qu'une abomination comme vous puisse être sain ?
 
Instantanément, l'ange commença à transpiré à grosse goûte, son front était chaud et ses jougs rougissaient.
 
Yvalia : Oh, mince, je crois que j'ai eu la main un peu trop lourde.
Melkhiel, souffrant : Que me voulez vous à la fin?!
Yvalia : Désolé, j'en oublierais presque, ce pourquoi vous êtes là. Dites moi ou se trouve le dernier codex sacré, le septième chapitre, celui qui parle du jugement dernier !
Melkhiel, d'une voix faible : De quoi parlez vous ? Je ne comprends rien.
Yvalia, sceptique : Impossible. Vous mentez. (se parlant à elle même) Le venin devrait l'obliger à dire la vérité. Dans ce cas... .
 
Même si sur le plan médical, la drogue avait un gros impact sur le séraphin, cela ne l'empêcha pas d’éviter de répondre à la question de sa tortionnaire, mais, est ce que la créature savait réellement de quoi parlait Yvalia ?
Ainsi pour lui tirer les informations dont elle avait besoin, l'Infante du mal, posa un de ses éventails sur une forge qui avait été aménagé exprès pour l'occasion. Elle alluma la forge, ce qui fit instantanément chauffer les écailles d'or. La geôlière se muni alors d'un gant spéciale, et pris l'éventail brûlant, tellement qu'elle pouvait sentir la chaleur de celui ci sur son visage.
C'est alors qu'elle commença son œuvre, entaillant de ci et de là la créature, le fessant crier, allant même à lui faire pleuré du sang. On ne savait pas se qui le fessait le plus souffrir, le poison ou l'éventail chauffé à blanc.
 
Alors même que l’Inquisitrice avait arrêté ses tortures, pour reconsidéré le rôle du déchu. Celui ci cria sans raison, c'était des cris de peur, de terreur, différent de ses cries d'agonie précédent. En effet, le venin commençait à lui provoqué des hallucination. Son monde était vicié par d'étrange illusion, la robe noir de l'Impératrice se transformait en un gigantesque serpent ébène à trois yeux. La peur l'étreignait le paralysant bien plus encore que ses chaînes.
 
Yvalia, à elle même : J'en étais sûr, le venin ne pouvait pas faillir, s'il ne me répondait pas, c'est car il ne savait pas.
 
Alors, la jeune femme mit sa tête à quelque centimètre de celle du séraphin, et posa ses mains sur son visage, pour le forcer à la regarder dans ses yeux. La froideur des yeux de l'Impératrice, trancha les illusions dont était victime le Sage.
 
Yvalia, regardant fixement le séraphin : Qu'est Dieu ?
Melkhiel, comme si rien ne s'était produit : Créateur de tout, père de bonté et de pardon, juste maître de la vie et de la mort. Juge de l'équilibre du monde.
 
La Grande Inquisitrice, ce pencha alors pour lui parler dans le creux de l'oreille, la tirade dura quelques dizaines de seconde, le séraphin ne perdit pas un seul mot de la réplique de sa tortionnaire, ces paroles semblait lui faire sens, mais le plongea dans la plus grande confusion.
 
Melkhiel, confus et terrorisé : Non, non, non, c'est impossible, inconcevable, irréalisable, vous mentez, vous voulez me tromper.
 
L'Impératrice satisfaite de son œuvre, sorti de la geôle, laissant le séraphin perdu dans ses pensées, qui était interrompu entre deux cris de terreurs. De toutes manière, le venin avait pour effet dernier, l'amnésie, il ne se rappellera bientôt plus de sa discussion avec l'Infante du mal.
La Saint, remarquant que sa somptueuse robe avait été souillé, et qu'au travers d'un miroir son visage portait des éclaboussure de l’infâme sang de la bête, elle prit la direction des thermes pour purifier son corps.
C'est au moment ou elle pénétra dans le bassin d'eau chaude, quelle perdit la présence du déchu.
 
Yvalia, relaxé : J'aurais préféré le terminé moi même après le dîner. Avie, débarrasse nous du sujet de l'opération.
Avie, qui avait des yeux et oreilles partout : Recherche d'un agent compétent. Agent trouvé. Mission en cour d'assignation. Fin de tâche. Retour en mode automatique.
 
La jeune femme ferma alors les yeux, et s'accorda un repos bien mérité.
 
Avie avait détecté, un Inquisiteur qui déambulait dans les couloirs, comme il lui semblait ne pas avoir de tâche, elle lui envoya une sonde informative pour l'informé de sa mission. La sonde se présenta devant l'étrange inquisiteur.
 
Sonde : Halte !
 
L'individu réagit bizarrement, sur l'instant comme s'il avait été repéré, car en effet sous se masque et cette robe se cachait en réalité Ryuki, qui avait prit la place d'un des inquisiteurs de la délégation lorsqu'il était à la ville portuaire de Wonderland.
 
Ryuki, inquiet mais toujours dans son personnage : Oui ?
Sonde : Le système central, requière vos compétence pour emmené le corps du sujet de l'opération au crématorium.
Ryuki, ayant la flemme : Le quoi ? Au quoi ?
Sonde : Le corps du dénommé Melkhiel Inil , doit être emmené au four crématoire.
 
Ryuki était paniqué quand il entendit : corps ; Melkhiel ; four.
 
Ryuki : Où est Melkhiel ?!
Sonde : Veuillez me suivre.
 
Le Combattant suivit donc la sonde lui demandant de lévité plus vite, ce qu'elle fit. Il se rendait donc dans les prisons de la cathédrale, les droïdes le laissant passer, car le masque qu'il portait, agissait comme un laissé passé.
Il arriva alors devant, la geôle ou était retenu le Bon, celui ci était tout ensanglanté et dans les vapes. Le venin qui ne semblait plus faire effet. Voyant que le séraphin respirait encore, Ryuki souffla de soulagement. Il prit même le temps d'anal yser la situation. En effet, Melkhiel, était évanoui et enchaîne dans une position de domination. De plus ces vêtement étaient en lambeaux, le combattant, s'imaginant,étreindre l'ange, le caresser, l'embrasser, le sodom... Il secoua la tête et se disait que le moment était mal choisi, purée !
La sonde proposa alors d'envoyer une table magnétique pour transporté le corps de l'impur, mais le faux inquisiteur refusa, il mit le séraphin sur son épaule et demanda a la sonde comment sortir d'ici.
 
Sonde : un véhicule vous attend pour vous emmené jusqu'au crématorium.
Ryuki : Parfait, je te suie. (étant gêné par les ailes de l'ange) Putin Melky ! Elles font chier tes ailes !
 
La sonde précédé des deux fugitifs, les emmenait jusqu'à la voiture qui devait les conduire aux fours.
Une fois dans la voiture, la sonde les quittait. Et la voiture qui était en mode pilote automatique commença son chemin. Les deux amis étaient à l'arrière de la voiture, le Bon toujours inconscient. Le combattant décida de passa à l'avant du véhicule, depuis le tableau de bord, il regarda le GPS, qui indiquait l’itinéraire en cour, jusqu'au crématorium.
Et dans un excès d'inconscience salutoire, il désactiva le pilotage automatique, prit le volant en mains et activa le mode magnétique de la voiture, cette dernière commença à voler, Ryuki pianota sur le tableau de commande comme si c'était un jeu vidéo, le GPS reprogrammé leur indiqua alors comment fuir de Weimar et quitté Dorkenstein, qu'il ne pouvait plus voire en peinture !
Le système remarquant un problème lança des drones à la poursuite de la voiture suspecte. Et pendant que nos deux fugitifs essaient de semer leur poursuivant, Avie prévenu Yvalia, qui dormait à point fermé dans le bassin d'eau chaude.
 
Avie : Le système à repéré un véhicule suspect dans Weimar, d'après mes analyses, l'inquisiteur en charge de se débarrasser du corps du sujet de l'opération et dans le véhicule avec le sujet de l'opération. Le système poursuit actuellement la procédure applicable. Préconisez vous une mesure exceptionnel ?
 
La dictatrice toujours dans les bras de Morphée, n'entendit pas le rapport de l'IA.
 
Avie : Aucune mesure préconisée mentionné. Poursuite de la procédure applicable. Fin de tâche. Retour en mode Automatique.
 
Au final, les deux compère réussirent à s'enfuir de Weimar, et grâce au masque de l'inquisiteur, à passer tous les barrages de Dorkenstein, voyant au passage le sinistre visage d'un pays recouvert d'acier et de ferraille. Il fini par passer la frontière final entre Dorkenstein et Wonderland. Enfin en terre amical, cependant cette joie fut vite rattrapé par l'horreur que Ryuki vit de voir son pays dans un telle état après le passage de l'armée droïde.
 
Entre temps l'Inquisitrice s'était réveillé et avait été briffé par l'IA.
 
Yvalia : Ainsi, les Inquisiteurs de la délégation ont faillis en nous remmenant un intrus. Très bien, je souhaite l'exécution public de tous les inquisiteurs qui fessaient partis de la délégation, sauf Valhem, je lui réserve un autre châtiment.
Avie : Demande en cours d'exécution. Les agents sont en cour d'interpellation, l'exécution est programmé à midi, à la place central de la cathédrale.
Yvalia : Pour ce qui est de Valhem, je préconise cent coup de fouet, prévu à la même heure et au même lieu que les exécutions. Montrer, à tous que faillir c'est mourir.
Avie : Demande en cour de traitement. L'agent concerné est en cour d'interpellation. Sa punition sera exécuté comme le préconise votre demande.
Yvalia : Fin de tâche. Retour en mode automatique.
Avie : Fin de tâche. Retour en mode automatique.
 
Midi sonna, tous les inquisiteurs était réuni pour assister aux exécutions, tandis qu'Yvalia admirait la scène depuis la plus haute tour de la cathédrale, ce qui correspondait à ses appartement. Ainsi à chaque fois que la cloche sonna, un coup de feu retenti en même temps. Et une fois les exécution terminé, s'était les cries de Valhem qui résonnait dans la cour.
Le Page était entièrement nu devant l'assemblée d'inquisiteur pendant qu'il recevait les coups de fouets, mais on pouvait remarqué que déjà d'ancien coup était inscrit sur son dos. Et pendant toute la durée de sa sentence, il ne perdit pas sa maîtresse des yeux, aussi haute qu'elle pouvait être perchée. Et chaque coup était pour lui une jouissance, comme une caresse provenant de sa déesse. Il était encore plus déterminé à servir sa souveraine. Et dés la fin de sa punition, il reprit son service.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apprenti

Messages : 65
Localisation : Wonderland.
Apprenti
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Dim 10 Avr - 2:12
Toujours vêtue de cet accoutrement étrange, Ryuki se baladait dans les couloirs de la grande cathédrale de Weimar. Après celle de Melky, voici celle de la Sainte-Nitouche… Eh ben, on pouvait dire qu’elle ne se refusait rien elle ! Toit en verre, sol en marbre blanc et noir, des bas reliefs minutieux, des vitraux exquis, bosquet bien entretenu… Manquerai plus qu’un cloître et on aurait eut le parfait petit, enfin immense monastère pour fanatique en manque de sang… C’est bien comme phrase d’accroche pour les vacances : « Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, venez visiter la grande Cathédrale de Dorkenstein ! Programme de la journée : Visite du cloître intérieur, observation de la seul flore présente dans tout Weimar, messe… Et si vous avez de la chance vous participerez à l’un de ces événements suivants ! Lapidation, exécution, punition publique, séance de torture, etc… un spectacle familial ! » Le combattant voyait déjà l’affiche !
 
Dans tous les cas, ce dernier s’infiltra dans le l’immense édifice cléricale. Il ne pouvait s’empêcher de regarder partout, découvrant le pays, quitte à se faire repérer… Dans un premier temps, il suivit toute la délégation des Inquisiteurs, adoptant leur démarche, lente et régulière. Au loin, il vit que deux d’entre eux emmenait Melky dans la direction opposé à la sienne. C’était bien sa veine tient ! Le Séraphin avait vraiment intérêt à lui rendre la pareil plus tard. Au moins, sa lui faisait une dette à son compteur. Ce qui n’était pas si mal ! Qu’allait-il bien pouvoir lui demander en échange… Argent ? Non… Il en avait déjà… Bon beaucoup moins à cause d’Ora, mais en reprenant son trafic, ça passerai tout seul. Des trésors ? Non… Ah ! Il avait trouvé ! Il ferait comme Rose, il demanderait une soirée en tête à tête avec le Souverain, sauf que cette fois-ci ce ne sera pas dans un restaurant, mais bien sur l’oreiller… Oui, il ferait ça !
 
Pendant sa petite escapade aux airs de voyage ludique, le Roi de Wonderland se remit à penser à une personne bien précise… D’ailleurs où pouvait-il bien se trouver... Cet homme au regard vairon. Ce Valhem… Il était intrigué par le jeune homme. Certes, il trouvait aussi Yva mystérieuse. Mais qu’est ce qui pouvait pousser ce jeune homme à obéir de manière si obtus à une telle femme ? Bon, on pouvait poser la même question à Shin par rapport à Ora… Mais lui était fou, donc ça ne comptait pas… Peut être que l’Inquisiteur était fou ? En même temps pour rentrez dans les ordres, il faut l’être c’est sûr. Dans ce cas, Melky le serai aussi ? Sans doute, vu comme il est… Etant toujours deux de tensions… Eh mais en faite, il est entouré de timbré ? Avec Hansel en plus ! Et bien ! Que de révélation ! Mais si…
 
???: Halte !
 
Ce mot fit revenir Ryuki à lui qui se stoppa immédiatement et qui se tendit. On l’avait repéré ? Déjà ? Il savait qu’il était nul en camouflage mais quand même… Il était le meilleur à cache-cache avant ! Avant, oui en effet… Tentant de paraître le plus naturel au monde, il se retourna et fit alors face à un petit robot sphérique flottant dans les air. Heureusement, avec son masque, la reconnaissance faciale n’était pas possible…
 
Ryuki, inquiet mais toujours dans son personnage : Oui ?
Sonde : Le système central, requière vos compétences pour emmener le corps du sujet de l'opération au crématorium.
 
Whowowowo… On se calme là ! Il n’était pas question qu’il bosse. Déjà qu’il le faisait pas en son Royaume, ce n’était pas pour le faire cher les autres ! Bon après, si c’était de la torture ou autre… Bah, il se dévouerait pour protéger sa couverture… Pour permettre la réussite de la mission…

Ryuki, ayant la flemme : Le quoi ? Au quoi ?
Sonde : Le corps du dénommé Melkhiel Inil, doit être emmené au four crématoire.
 
Quoi ? Melky ? Au four ? Avec les 10 sucres qu’il prend dans son thé, ça va faire du caramel ! Manquerai plus qu’il ai mangé du maïs, et on aurait le Pop corne pour l’occasion ! Mais… Il était mort ?! Non… Ce n’est pas possible… Sans même lui dire au revoir ? Quel goujat. Et il n’allait pas le laisser partir comme ça. Pas sur un tel sacrifice ! Il passera pour quoi après Ryuki hein ? Non car le compagnon qui se sacrifie pour le bien de tous c’est cliché…
 
Ryuki : Où est Melkhiel ?!
Sonde : Veuillez me suivre.
 
Rapidement, le robot se mit en route, et guida le Combattant jusqu’en les sous-sol de la Cathédral. Eh ben… C’était grand ici ! Il n’aimerait pas à avoir à payer la facture de chauffage… Et puis comment on s’y retrouvait là dedans ? Un petit plan ne serait pas de refus… Enfin, il avait son petit GPS pour le guider… Après quelques petites minutes de marches rapides, le Brun arriva enfin devant la cellule qui contenait le Haut-Elfe. Ce dernier était dans un mauvais état, présentant des plaies béantes dans ses ailes, des brûlures, blessures et écorchures sur tout le corps. Ses vêtements étaient déchirés de partout, dévoilant en outre l’anatomie du Séraphin… Eh bien ! Lui aussi était pas mal ! Plusieurs idées passèrent dans l’esprit du Combattant, et celles-ci n’étaient pas vraiment catholiques. Il s’imaginait bien, ses mains se posant sur son torse, ses lèvres se scellant sur celles de Mekhiel, ce dernier répondant à chacune des caresses prodiguées par le Ténébreux. Et tandis qu’il échafaudait la suite logique, passant aux choses sérieuse, une voix robotique le fit sortir de ses pensées, une nouvelle fois et à contre-cœur :
 
Sonde : Le sujet étant à présent incapable de marché, je préconise l’utilisation d’une table magnétique pour le mener jusqu’à la bonne destination.
Ryuki : Pas besoin, annuler la proposition. Je vais le porter.
Sonde : Proposition annuler, pas d’envoie de table magnétique. Un véhicule vous attend pour vous emmener au crématorium.
 
Sur ces mots, Ryuki, après avoir libéré Melkhiel, le mit sur son épaule pour le transporter plus facilement. Heureusement, il n’était pas trop lourd, mais plutôt… Volumineux…
 
Ryuki : Parfait, je te suis. -étant gêné par les ailes de l'ange- Putin Melky ! Elles font chier tes ailes !
 
Il souffla pour éloigner les plumes qui le chatouillait et emprunta alors le même chemin que le robot. En cour de route, Le Combattant sentit le Haut-Elfe bouger faiblement et gémir, en prononçant des paroles décousues et incompréhensibles…
 
Melkhiel : Non… Impossible… Protégez-moi… Ne m’abandonnez pas… Je ne suis… Trop… Peut-être que…
Ryuki : Chut !
 
Finalement, ils arrièrent à l’extérieur où une Auto les attendait. A leur approche les portes arrière s’ouvrirent leur permettant de s’installer. Ryuki installa son ami plus ou moins confortablement… Déjà parce que manipuler un poids mort n’est pas simple, mais aussi que les aille 1m90 n’aidait en rien ! Bouh ! Il se débrouillera comme ça et s’il a des courbatures, il ne s’en prendra qu’à lui. Na ! Avant de monter à l’intérieur, il chercha dans sa poche un objet, et en retira un petit pin’s en forme de Rose rouge, stylisé, à la tige rempli d’épine. Le Ténébreux interpella le petit robot qui vint à lui.
 
Ryuki : J’ai trouvé ceci, veuillez le transmettre à l’acolyte de… de… de Sa sainteté, Valhem.
Sonde : Dois-je prendre un message ?
Ryuki : Non, il comprendra, donne lui juste cet objet.
Sonde : Très bien, veuillez le mettre ici.
 
A ces mots, une petite trappe s’ouvrit ou le Brun put mettre le petit accessoire, avant de se retourner vers l’auto. Une fois bien assis, le véhicule démarra sans aucun chauffeur. Ne pouvant plus attendre, le Roi de Wonderland se faufila à l’avant et regarda d’un air émerveillé tous les boutons présents. Après plusieurs essais infructueux, il réussi à désactiver le pilote automatique pour pouvoir prendre les commandes. Il allait pouvoir montrer ses talents de conduites !
 
Ryuki : Ca fait quoi si j’appuis sur ce bitognaux ?
 
Sa curiosité prit le pas, et il pressa le petit carré jaune. Sur le tableau de bord s’inscrit « Mode magnétique : activé. Attachez vos ceintures. » et alors la voiture se mit à voler. C’était vraiment cool et classe en même temps ! Il faudra vraiment qu’il tanne Raytöku pour qu’il lui fasse ce genre de véhicule ! Il n’aurait pas le choix, il la bassinerait jusqu’à ce qu’il en ait un ! Cette Vierge de métal en avait ? Lui aussi dans ce cas ! Yvalia n’a pas de monopole ! Cependant, leur fuite fut vite remarquée et toute une troupe de drone se mit à leur poursuite, leur envoyant divers projectile, explosif pour la plupart…
 
Ryuki : Il pense nous avoir avec ça ? Laisse moi rire ! J’ai connu des situations bien pires ! Bon, c’était dans des jeux, mais ça compte non ? Il suffit de faire comme dans ces derniers et c’est bon ! Par contre, il n’y a pas de point de sauvegarde… C’est notre dernière vie Melky ! Sauf si on est des chat, là on en a neuf… Tu crois que l’on est des chats ? Ah c’est vrai, tu ne peux pas répondre… Bon, on va utiliser le Turbo !
 
C’est en appuyant à fond sur l’accélérateur et en zigzagant pour éviter les missiles que le duo réussirent à quitter tant la Capitale que Dorkenstein en entier. Ils arrivèrent rapidement à Wonderland, où les traces de la guerre étaient visibles. Entre les villes détruites, les cratères dans les champs, les rails de train défoncés, les routes déchirées, les familles meurtries… A chaque coin de rue trônait un cadavre plus ou moins scarifié, où brûler. Une chose était sûr, Ryuki ferait payé son arrogance à la Despote. Il ne resterait pas sur une défaite, et comptait bien montrer sa force dominatrice !

A Asmoran, la capitale, ses bureaux avaient été déménagé en attendant la restauration complète de la précédente tour. Pour le moment, ils se retrouvèrent donc dans un immeuble, un ancien palace de luxe, pour y abriter tant le Roi, que sa cours, ses gardes et ses invités. En approchant, il fut accueilli par Raytöku mais aussi par Iriel et Rose qui avait tenu à rester ici jusqu’à le retour de leur Roi. Ce dernier fut installé dans une grande chambre où il reçu tous les soins nécessaires. Bien sûr, ils n’étaient pas aussi efficaces que la magie de guérison, cependant, ça stabiliserait son état, le permettant de le transporter jusqu’à ses terres… Lorsque les effets de la drogues furent fini, le Juste pu enfin revenir parmi eux...


Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c'est d'y céder...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mon AMV [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]:
 
Merci à Raytöku!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Dim 10 Avr - 18:08
Toujours enchaîné, le Séraphin se tenait agenouillé, dans l’impossibilité d’effectuer le moindre geste large. Le métal meurtrissait sa chaire, et déchirait ses ailes. La moindre contraction de ses muscles lui provoquait d’emblée une certaine douleur. La Despote se tenait pour le moment devant lui, le transperçant de son regard de cristal. Son visage n’affichait aucune expression, ce qui troublait grandement le Haut-Elfe. Elle n’avait pas besoin de masque… L’Inquisitrice se détourna de son prisonnier, passant dans le dos de Melkhiel d’un pas quasi félin… Elle était le prédateur, jouant avec sa nouvelle proie, qui était le Roi du Royaume des Sages. Ce dernier senti alors une main se poser de manière possessive sur ses ailes, lui provoquant un frisson. Après tout, il s’agissait d’une zone sensible…
 
Alors, une vive douleur le pris. Yvalia avec une lenteur délibérée, arrachait la plupart des plumes blanches et or du Séraphin. Ce dernier se retint dans un premier temps de crier, sachant pertinemment que c’était ce qu’elle voulait, se cambrant pour tenter en vain d’échapper à son emprise. Cependant, les maillons des chaînes se tendirent, l’empêchant de faire bouger. Pourtant, il continua à tirer sur ses entraves, provoquant ainsi de large entaille. Son sang commença à couler, le long de ses ailes, poignets, chevilles…
 
Yvalia : Je me demande combien de plumes il me faudra pour me faire une nouvelle paire d’éventail ? … ? Dans le doute … il vaut mieux en prendre trop que pas assez.
Melkhiel, souffrant le martyr : Qu’attendez vous de moi ? Ne me dites pas que vous avez commis tant de crimes, juste pour vous faire des éventails avec mes plumes.
Yvalia : Dragon, ange, fée, licorne, et j'en passe, j'en ais tué tellement ! Si bien, qu'avant que je ne devienne Grande Inquisitrice, on me surnommait la « chasseresse », j'ai donc, au fil des années, collectionné de nombreux trophées durement mérités. Alors ne vous étonnez pas si je souhaite un petit souvenir de notre entretien.
 
A peine avait-elle prononcé ces mots qu’un robot se présenta devant la cellule, amenant un objet à sa maîtresse. Cette dernière délaissa un moment Melkhiel pour empoigner le bibelot. Le Séraphin eut ainsi un moment de répit dans cet enfer, sans pour autant savoir que ce qui allait suivre serait bien pire… Il reprenait son souffle, tentant de contrôler sa douleur. En se concentrant, peut-être qu’elle diminuerait ? Alors, la Despote revint dans son champ de vision, avec cette fois une seringue à la main…
 
Melkhiel, intrigué : Qu'est ce ?
Yvalia : Oh cela, c'est du venin de dragon mirage. Une drogue assez puissante pour délier toutes les langues. Bon, il est vrai qu'elle à quelques effets secondaires, enfin vous le verré par vous même !


Cela ne lui disait rien qui vaille… Mais alors qu’il allait répliquer, elle enfonça l’aiguille dans son épaule et y injecta d’une traite je liquide translucide. Il laissa échapper un cri de surprise de ses lèvres.
 
Yvalia : Avez vous quelque chose a ajouter pendant que vous êtes encore sain d'esprit, enfin si on peut dire qu'une abomination comme vous puisse être sain ?
 
Le Bon se sentait de plus en plus mal, il avait extrêmement chaud, et suait à grosses goûtes. Sa respiration se fit plus rapide et saccadée tandis que le sang lui battait aux tempes…
 
Yvalia : Oh, mince, je crois que j'ai eu la main un peu trop lourde.
Melkhiel, souffrant et mal à l’aise : Que me voulez vous à la fin?!
Yvalia : Désolé, j'en oublierais presque le pourquoi de votre présence ici.. Dites moi ou se trouve le dernier codex sacré, le septième chapitre, celui qui parle du jugement dernier !
Melkhiel, d'une voix faible : De quoi parlez vous ? Je ne comprends rien.
Yvalia, sceptique : Impossible. Vous mentez… Le venin devrait l'obliger à dire la vérité. Dans ce cas... .
 
Troublé par l’attitude et les propos de la créature magique, Yvalia le regarda un moment, pendant qu’il commençait à délirer… Il fermait les yeux, secouant la tête, ne prêtant plus attention aux faits et gestes de l’Inquisitrice.
 
Voix 1 : Regardez le… Quelle honte…
Voix 2 : Et dire qu’il est Roi !
Melkhiel : Qui êtes vous ? Qu’êtes vous ?
Voix 3 : Il ne se rend même pas compte de son état…
Voix 1 : C’est pitoyable…
Voix 2 : Quel idiot… Son père doit se retourner dans sa tombe.
Melkhiel : Comment ? Non… Je fais de mon mieux… Pour que Père soit fière…
Voix 3 : Voir son fils mettre en l’air le Royaume en pensant sauver une Nation…
Voix 1 : On a toujours su que Nathiel ferait un meilleurs Roi que lui.
Voix 2 : Et si il l’avait tué pour prendre sa place ?
Melkhiel : Je ne vous permets pas ! J’aimais mon frère ! Je ne lui aurais fais aucun mal. Vous m’entendez ?! Jamais je n’aurais –
 
La fin de sa phrase se perdit dans un hurlement de douleur, le sien, provoqué par l’éventail chauffer à blanc qui écorchait sa chair.
 
Yvalia : Tu es bien bruyant pour pas grand-chose ! Tu ne m’aides aucunement, voyons si je peux te forcer un peu la main…
 
Cette blessure fut la première d’une longue série… La Sainte prit tout son temps pour entailler, écorcher, blesser, balafrer, inciser, labourer, lacérer, taillader chaque partie du corps du Bon. Il s’érailla la voix à crier sa souffrance, sa peur, sa désolation. Les larmes coulèrent le long de ses joues… Cependant, l’eau salée se tarit vite, laissant sa place à des larmes écarlates. La drogue intensifiait la douleur, et faisait perdre pied au Juste. Il perdait la notion du temps, des lieux, des personnes présentes. Il était seulement un être, une plaie béant, souffrant le martyr, criant pour espérer que la douleur disparaisse, ce qui n’arrivait pas…
 
La suite des événements étaient plutôt floue… Seul quelques brides de souvenirs étaient présentes… Mais était décousue… A un moment, les coups d’éventails cessèrent, mais cela ne diminua en rien son supplice. Il se souvint de la robe d’Yvalia, se métamorphosant en un serpent de Ténèbres tricéphale, aux yeux rubis. Ce dernier le fixait d’un air menaçant, pétrifiant littéralement de terreur le Séraphin. Il se retrouvait devant une de ses plus grande peur, l’animal qui est la personnification même de la tentation. Dans un geste désespéré, le Haut-Elfe tenta attraper son rosaire, pour y trouver un quelconque réconfort
 
L’illusion sifflait, et soudain, il ouvrit grand la gueule se jetant sur Melkhiel pour le mordre. Cependant, une main féminine transperça le mirage, agrippant violemment la chevelure du Juste. Alors, il vit le visage atone de l’Inquisitrice, et son regard brumeux croisa celui de sa tortionnaire.
 
Yvalia, regardant fixement le séraphin : Qu'est Dieu ?
Melkhiel, comme si rien ne s'était produit : Créateur de tout, Père de bonté et de pardon, juste Maître de la vie et de la mort. Juge de l'équilibre du monde. Il est l’Être suprême, qui créa l’Homme ainsi que toutes les créature magique. Je suis un de ses fidèle et humble serviteur…
 
L’Inquisitrice se pencha alors vers lui, et lui murmura à l’oreille… Cependant, la seule dont il se souvint fut que ces paroles le mis dans un état de confusion et de terreur.
 
Melkhiel, confus et terrorisé : Non, non, non, c'est impossible, inconcevable, irréalisable, vous mentez, vous voulez me tromper. Je ne vous crois pas !
 
Fière de son œuvre, elle quitta la cellule, laissant ce qu’elle considérait comme une infâme créature dans un état de panique la plus totale, complètement bouleversé, et encore sous les effets du poison le faisant délirer… Les voix étaient de nouveaux de retour, le raillant, le torturant psychiquement. Après ce qu’il lui semblait être un éternité, il senti un voile noir s’étendre au dessus de lui, tandis qu’il s’enfonçait dans les limbes de l’inconscience, dû notamment à ses heures de souffrance et à l’anémie…
 
Melkhiel ne pourrait dire le temps qui s’écoula durant sa perte de conscience… Il était dans un lieu sans douleur, où personne de le harcelait moralement… Cependant, une voix retentit en cet endroit. Elle était particulière, puisque l’on ne saurait dire si elle appartenait à un homme ou une femme.
 
???: Fils, ton heure n’est pas encore venue. Il te reste encore bien des choses à accomplir sur la terre des hommes.
Melkhiel : Vous… Vous êtes … ?
???: Chute… Ne te fais aucun souci… Je te suis depuis ton enfance, et ta foi inébranlable est remarquable. J’aimerai beaucoup parler avec toi, mais si tu ne te réveil pas vite, je crains que quelqu’un profite de ton sommeil.
Melkhiel : Que voulez vous dire ?
???: Va, tu le verras directement.
Melkhiel : Attendez ! Ce qu’à dit Yvalia, est-ce… ?
 
Alors, Melkhiel ferma les yeux, se sentant aspiré en un autre endroits. En les rouvrant il vit de prêt, beaucoup trop prêt, le visage de Ryuki. Et au loin il entendit des éclats de voix de Rose notamment :
 
Rose : Tu vas pas faire ça non ?! Si vraiment il faut le faire, autant que se sois moi !
Ryuki : Tu as trop peu d’expérience ! Laisse moi faire, et il se réveillera.
 
Le Ténébreux se retourna vers le Séraphin, et rapprocha ses lèvres des siennes :
 
Melkhiel, la voix éraillé : Puis-je savoir ce que vous comptez faire Sir Ryuki ?
Ryuki : T’aurais pas pu attendre un peu avant de te réveiller ! Respect le timing !
Melkhiel : Et donc ?
Ryuki : Tu vois la belle au bois dormant ?
Melkhiel, blasé : N’en dites pas plus…
 
Le Haut-Elfe tenta de se relever, mais une vive douleur l’en empêcha. Il remarqua alors qu’une grande partie de son corps était couvert de compresse, comme ses ailes.
 
Iriel : Ne bougez pas votre Altesse… Vos blessures ne sont pas complètement refermées. Reposez-vous.
Rose : Iriel à raison. Ne vous blessez pas d’avantage...
Melkhiel : Je pense que je n’ai pas vraiment le choix.
Ryuki : J’ai droit à un merci ?
Rose : Et pourquoi donc ?!
Ryuki : C’est moi qui l’ai sauvé, non ?
Rose : Heureusement ! C’est quand même de votre faute s’il s’est retrouvé dans cet état !!!
Iriel : Elle à raison.
Melkhiel : Ne vous disputez pas. Je suis encore en vie, et le Royaume de Wonderland à été complètement restaurer à Sir Ryuki. Tout est revenu dans l’ordre… Merci à vous tous…
 

Bien que le problème venait d’être réglé, quelque chose disait à Melkhiel qu’il ne s’agissait que la fin d’un chapitre… Sans doute qu’il aurait très prochainement des nouvelle de la Dirigeante de Dorkenstein.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roi

Messages : 9
Localisation : Weimar, capitale de Dorkenstein
Roi
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Lun 11 Avr - 11:08
Voilà! Le rp est terminé Smile


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Niveau 3

Messages : 103
Localisation : A la Capitale du Royaume des Sages
Niveau 3
avatar
MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   Lun 11 Avr - 11:09
Parfait! Dans ce cas, tout le monde à droit à +5 points de compétences en plus Smile


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Invasion (pv: Yvalia, Ryuki et Melhkiel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'empire du Chaos :: Monde Moderne :: Dorkenstein-
Sauter vers: